slagg

Nous sommes actuellement le 19 Oct 2021, 10:14

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 14 messages ] 

Charme Liesplin ; Fée Noire Capitaine Pirate


Auteur Message
MessagePublié: 19 Août 2008, 22:14 
Hors-ligne
Incarnat
Incarnat
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Août 2006, 16:31
Messages: 509
Localisation: PampersTown
Voici un personnage que j'avais créé pour la campagne de Yack qui devait se jouer sur son forum. Celle-ci n'a finalement jamais eu lieu et je doute d'un soubresaut surprise. Plutot que cela dorme dans le placard, je vous le propose ici.
Ci joint aussi une mini aide de jeu sur la Conjuration Maritime qui allait de pair avec le Personnage.

Bonne Lecture.


Nom : Charme Liesplin, dit Sombre Dame

Peuple : Fée Noire

Description physique :

Aussi hallucinant que cela puisse être, Charme Liesplin est une Fée Noire colossale. Entendez par là qu’elle regarde les lutins face à face, droit dans les yeux, sans avoir à se tordre le cou. D’une vigueur étonnante pour son âge ancestral, elle aime passer des heures debout, bien campée sur ses jambes musclées. Son regard obscur fixant l’horizon, il lui arrive de rester auprès du timonier, sous le crachin, lui dictant des ordres de navigation. En symbiose avec son navire, elle goûte aux caresses des vagues d’un air presque malsain.
Elle porte des vêtements simples et adaptés à la vie maritime. Un pantalon lui serre la taille, tandis que son long Kriss pendouille à sa ceinture. C’est son arme, son bijou. La sœur de ses combats sanglants. Une ample chemise l’habille, et trône sur sa tête un chapeau de cuir à large bord. De petites dentelles noirâtres viennent le décorer. Le tout est d’une couleur unie, noire ou blanche selon la saison.

Malgré ses nerfs, le corps de Charme est celui d’une vieille femme. Sa peau est grise comme la pierre. De longues veinures bleuâtres la parcourent et forment une toile démantelée. Son visage est creusé de rides profondes, taillées au couteau. Il est le vestige d’une grâce passé, évanouie dans les méandres du temps. De nombreuses cicatrices zèbrent son épiderme, pas toutes acquises en combat. Pour certaines raisons, Charme s’inflige des punitions scarificatoires. Entre les marques du temps et des souffrances, Charme s’est tatouée le symbole de son drapeau : Le Diodon ; sur sa nuque.
Ses longs cheveux d’ébène chatouillent ses ailes puissantes. Parfois, lors de grandes occasions, elle se farde de poudre blanche Carme ce qui accentue son regard de cendres.


Tai : -1


Caractère :

Les années de piraterie ont entamé les douces pensées de Charme. Confrontée à l’Effroi des batailles et des démons marins, la Fée Noire éprouve depuis un certain penchant pour la parano. Elle pense qu’un être la guette, et veut indubitablement la faire tomber. Rien n’est plus sûr, ils sont tous dans le coup ! Pas taciturne pour autant, elle sait se montrer enjouée quand les évènements lui sourient. Elle est d’un naturel joueur, n’hésitant pas à y aller au culot. Peut être parce qu’elle est plus grande que ses sœurs, mais toujours plus petite qu’un humain, elle aime prendre son entourage de court et agir par surprise. Elle sait se montrer patiente quand le jeu en vaux la chandelle, encore faut il ne pas attendre très longtemps.
Rancunière, elle déteste perdre. Elle peut passer plusieurs années à poursuivre sa vengeance. Avoir le dernier mot est presque une loi chez elle. Voila un petit moment qu’elle goûte aux joies du Capitaine, elle aime être obéit.
Téméraire, elle se jette au cœur des batailles, épaulée par ses hommes, le Kriss au poing, non loin de son danseur et de son arbalète.

Deux vices la caractérisent profondément : L’Avidité et le Sadisme.
Avide, elle l’est de pouvoir et d’argent. Toujours proche de ses sous, elle tient ses comptes méticuleusement. Elle aime les trésors, savoir qu’elle en possède. Un bijou peut l’obnubiler des nuits durant jusqu’à ce qu’elle l’obtienne. Elle le rangera avec soin dans sa collection et l’oubliera avec les autres. Sa soif n’est jamais éteinte.
La vie au sein de vieux loups de mer n’est pas simple, et les cités boucanières ne sont pas des plus plaisantes malgré l’exotisme. Charme a enduré des visions et des situations hallucinantes, propre à la bestialité. Traumatisme ou révélation ? Elle s’évade aujourd’hui dans la torture. La souffrance lui ouvre les voies du repos. Son souffre douleur préféré reste son danseur, auquel elle applique les vertus du Supplice.
Elle ne fait confiance qu’à deux personnes : Algahim Thor, son nain roux protégé, ami et confident. Et son propre enfant, Grégoire le Bossu.


Dernière édition par SuperPampers le 19 Août 2008, 22:16, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 19 Août 2008, 22:16 
Hors-ligne
Incarnat
Incarnat
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Août 2006, 16:31
Messages: 509
Localisation: PampersTown
Histoire :

Les Origines de Charme Liesplin se perdent avec l’Eclipse et les affres du temps. Sa taille improbable reste un mystère pour ceux qui l’ont côtoyés, qu’ils soient érudits, saisonins ou simples marins d’eau douce. Certains avancent que son physique prendrait racine dans le Décan contre nature de l’Automne. Peut être… Ce qui est sûr, c’est que le sang de la Fée Noire n’est pas entièrement consacré à l’Hiver, et que la rousse saison lui a imposé sa marque.

Comme toutes les Fées Noires, Charme est soumise à l’Appel. Digne fin préservant sa race des perfides. On ne sait qui elle fut avant d’entamer sa vie maritime. Les seuls vestiges de son ancienne vie furent une grotte et un trésor. En effet, la Fée Noire fut retrouvée dans un tombeau, au creux d’une crique brumeuse et secrète d’une île perdue au large de l’Enclave Boucanière. Son éveil et son destin furent tracés par les rêves voraces d’un homme.

Brant Taillebrise était un Capitaine Pirate banal. Comme tous, il vivait pour la mer et ses rêves de liberté. Sa soif de trésor animait sa vie et celle de son équipage, une bande de filous dégourdis. Alors qu’il n’avait pas les épaules de son ambition, la chance sembla lui sourire. Par un pâle après midi d’hiver, quand les eaux se transforment en brume épaisse pour accueillir le crépuscule, son navire tomba presque par hasard sur un îlot dégarnit. Accostant la seule plage du récif, histoire d’y passer la nuit, l’équipe d’éclaireurs rapporta la présence d’une cavité dans les hauteurs, avec une sorte d’escalier vétuste y menant. Taillebrise, torche au poing, organisa l’expédition. Quelle ne fut pas sa surprise en tombant sur un magnifique trésor gardé précieusement dans une grotte emménagée ! Bijoux de pierres précieuses. Pièces d’ors et d’argents. Miroirs décorés et œuvres d’art. Il y avait là de quoi contenter une bonne année de rapines. Poursuivant plus avant son exploration, Taillebrise tomba sur le tombeau de verre d’une Fée Noire endormie. A cette vision, une vieille comptine lui revint en mémoire. Une chanson sur les Fées Noires et leur faculté à pondre des Ames. Comment un ancien Capitaine légendaire avait fait naître sa figure de proue pour dompter les océans. Il ne savait plus très bien si l’histoire concernait Rigello ou non, toujours est-il qu’il s’en inspira. Lui aussi aurait un navire animé de vie.

Est-ce le pillage ou les émotions de Taillebrise qui déclencha l’Eveil ? Nul ne sait, l’alchimie est trop complexe. A peine son tombeau fut ouvert que la Fée Noire reprit vie. Perdue, sans aucune trace de souvenir, elle paraissait bien fragile et naïve. L’équipage, des humains pour la plupart, n’ayant que peu d’expérience envers ce décan ne remarqua pas à quel point celle-ci était grande pour son peuple. Brant Taillebrise l’accueillit avec une tendresse malsaine. Elle allait le servir, puis mourir. Voila ce qu’il pensait.

Enfanter une âme n’est pas chose aisée. Taillebrise se fourrait le doigt dans l’œil s’il pensait que ce serait rapide. Il baptisa son hôte Charme, pour l’attrait que son pouvoir exerçait sur lui et l’horizon des possibles qu’elle ouvrait. La Fée fraîchement éveillé ne connaissait rien de l’Harmonde et de l’accouchement. Elle posa de nombreuses questions à son Capitaine qui finit par se lasser de lui répondre. Il prit son mal en patience. Jamais il ne douta de son objectif, la providence avait mis cette fée noire sur son chemin. Charme apprit la vie sur le tas, entourée de marins roublards et des vagues incertaines. L’Eveil était difficile, mais elle révéla une santé de fer. Elle endura plusieurs années sa condition. Les divers escales étaient pour elle sujet d’émerveillement. Le moindre détail attisait sa curiosité.
Petit à petit, elle tissait un lien avec le bois du navire. Elle appréciait ce contact rugueux des poutres pétrifiées par le sel, polies par les vents. C’était presque un réflexe, un enseignement inné. Elle communiquait avec ce bois chargé d’histoires, d’expérience. Elle ressentait ses émotions et ses regrets. Par envie, elle se mit en tête de répondre aux exigences de son capitaine : Enfanter une figure de proue. C’était une manière pour elle de retrouver ses racines.
En parallèle de ses recherches, l’équipage menait son train-train quotidien. Bagarre. Rhum. Meurtre. Désastre. Pillage. Vol. Bataille. Sang. Elle assistait à cette déchéance humaine et sa mémoire s’en nourrissait. Certaines scènes la choquèrent, le viol d’une femme enceinte dans un faubourg de Tortage ; les pleurs d’un enfant face à son père fraîchement crucifié, les marées de sang que traînait le navire après une longue bataille. Amputation. Gangrène. Scorbut. Les navires gelés du septentrion, aux équipages figés dans la mort. Elle sentit le froid angoissant et la moiteur des forêts modéhennes. Pour ne pas succomber, elle devait devenir aussi dure que son milieu. Implacable et indomptée. Comme tous, il lui fallait un défouloir. Elle se mit à participer aux batailles, s’occupant généralement des jeunots ou des ratiers. Sans le nier, elle y trouvait un certain plaisir. Ce penchant pour le combat suffit à lui faire une réputation au sein de l’équipage et dans quelques Tavernes. Elle était la Vioque, la Vieille Chienne, l’Hargneuse aux longues rides.

Il est une anecdote importante à relatée pendant ces années de recherches. Un jour d’été aux abords d’un port Keshite, un nain vint demander asile au Capitaine Brant Taillebrise. Il s’appelait Algahim Thor, et exerçait la profession de charpentier. Il avait eu quelques problèmes avec l’Equerre, ainsi, il cherchait à fuir leur courroux. Ne voulant pas avoir des ennuies avec cette illustre corporation, Taillebrise refusa d’abord. Pourtant, Charme plaida en sa faveur, argumentant que le nain avait du être formé au sein de l’Equerre et qu’un tel savoir faire ne saurait être rejeté. Ce qui l’avait frappé en fait était la couleur de ses cheveux : mèches rousses. Dans ces mèches, elle trouvait un attrait particulier, dicté par les tréfonds de son âme. La Fée étant de conseils avisés, Taillebrise revit son jugement et accepta le nain au sein de son équipage. Ce dernier en fut éternellement reconnaissant à Charme. Elle gagnait ainsi son premier ami.
Algahim sut gagner le respect des marins. Peut être par reconnaissance pour Charme, il réussit à récupérer grâce au jeu une pièce maîtresse du trésor de l’ancienne vie de Charme. En effet, l’un des hommes en avait gardé un livre, ou plutôt, un journal intime… Des pages avaient été arrachées par les tourments de la mer (et pour servir de PQ aussi pour la petite histoire), mais il restait une partie du récit.

En lisant ce journal, il se passa quelque chose de fabuleux, ou de terrifiant. Charme retrouva une partie de sa mémoire. Dans une explosion de souvenirs et de savoir faire, elle se réappropria les secrets de la Cyse dont elle était maîtresse. Elle connaissait enfin son nom précédent : Liesplin, avec lui, les images de ses actions passées. Il restait encore beaucoup de zones d’ombres, mais ce flot jaillissant accentua encore sa vitalité. Elle se sentait maintenant prête pour l’accouchement et pour la suite de son plan.

Avant d’accoucher, elle retailla la Figure de proue à son goût. Elle en garda les traits masculins mais lui fit un air plus torturé. De son épaule droite partait une bosse qui déformait sa silhouette. Cette difformité contrastait avec son sourire enfantin souligné par une barbiche broussailleuse et fourchue.
Elle accoucha un soir de pleine lune. Les rayons de l’astre illuminaient le pont humide. Il régnait un silence solennel, seulement brisé par le sifflement du vent dans les voiles. La majorité de l’équipage était réunit sur le gaillard d’avant pour assister à la scène. Charme se concentrait. Elle savait ce qu’elle faisait. Elle connaissait ses gestes. Un rythme lancinant l’entraînait dans sa tâche. Les mains sur son œuvre, elle se laissa transportée par la transe. Un caractère se tissait sous ses doigts. Fidèle. Braillard. Espiègle.
Peu à peu, le Bossue prenait vie. Le bois prenait une autre couleur. Il se faisait plus vif, plus brillant. Il se teintait presque d’or, comme huilé. Sa peau s’éveillait en reflets ambrés. Vivant, sa bouche forma un cri guttural qui fit tanguer le bateau. Etrange alchimie entre la matière et le vivant, l’être respirait sans que sa cage thoracique ne se soulève. Il était un hybride, aux yeux respirant l’intelligence.
Brant Taillebrise jubilait. Son rêve devenait réalité. La providence lui accordait ce qui lui était dû. Il avait tant patienté. Il se précipita vers le Bossu, l’accueillant avec joie dans son équipage. Il ne cessait de tarir d’éloge envers la création quand sa dernière idée lui traversa l’esprit : Plus besoin de cette enquiquineuse de Fée Noire. A peine se retourna-t-il, le sourire aux lèvres que Charme ordonna à son enfant de le saisir. « Grégoire, choppe moi ce fils de pieuvre ! » La figure de proue obéit avec prestance, empoignant l’homme par les deux bouts et le démembrant avec violence, vidant ses viscères dans l’eau sous les yeux médusés de l’équipage.
« Maintenant, c’est moi qui commande ! » clama-t-elle alors qu’Algahim la rejoignit avec une poignée de fidèles. Le remout menaçant du navire ne laissait aucun autre choix.

Voici comment Charme commença sa vie de Capitaine du Bossu. Et que la légende se façonna.

Dix années se sont écoulées depuis. Le nom de Charme, la Sombre Dame, s’est maintes fois entendu dans les ruelles confinées des ports de l’Harmonde. Le doute sur ses origines est encore permis. Nuls n’arrivent à se faire à l’idée qu’elle puisse être une Fée Noire. Ces êtres sont généralement maudits, mais rarement craints. On imagine mal ces grand-mère gâteuses cruelles et mener de rudes gaillards au combat. La piraterie n’est pas l’affaire des bouffons. Pour se voiler la face, nombreux la considère comme un démon cracher par les Abysses. Le genre de parasite qui oublie le chemin de retour. Charme laisse courir les racontars. Elle connaît l’importance des réputations, bonnes ou mauvaises, et sait les utiliser.
Ses rivages de prédilection parcourent la mer de l’Aurore vers la mer Scintillante, en s’attardant aux abords de la mer des Tristes (sans toutefois y accéder). Son navire croise la route des icebergs et des transports Janréniens. Son emblème est banni de tous les ports de ce pays maritime, elle cause bien trop de dégâts. En revanche, sa rudesse est appréciée dans les Parages. Charme ne s’interdit pas quelques excursions vers le modéhen mais ses vagues favorites resteront celles du Golfe d’Ebène et de la mer d’Orion.

Ces dix années ont vu son équipage évoluer, grandir, mourir, apprendre. Charme connaît les victoires et l’amère défaite. Même si elle est avide, elle ne se fait pas d’illusions sur ce que la vie lui réserve. Au mieux, elle s’endormira tranquillement dans ses quartiers, en plein mouillage du début de printemps. La mort la guette, un jour ou l’autre. Son existence oscille sur la planche aux requins. Dix ans, et déjà beaucoup d’expériences. Elle crame la vie comme si elle n’avait pas le temps devant elle. Peu après avoir prit le commandement, deux ans à peu près, elle connu la déchéance. Une mutinerie décima les trois quarts de son équipage. Elle en sortie blessée, physiquement et moralement. Elle prit une année sabbatique dans un petit port Paragéen, se consacrant à la Cyse et à son navire. Le Bossu devait panser ses propres blessures. Remise d’aplomb, elle embrassa de nouveau la Piraterie avec toujours plus de verve.
Elle organisa le pillage d’un navire Princéen en plein port de Sasmiyana, et cela sans se faire remarquer par les autorités. Cet épisode reste encore au travers de la gorge du Capitaine Emo Watari qui jure depuis de se venger. De cette aventure, elle garda un danseur en souvenir. Elle s’exerce au Supplice dessus de manière autodidacte et expérimentale.

Voila trois ans, elle fut contactée par une certaine Néïade qui lui promis monts et merveilles. Elle n’avait qu’à obéir à ses exigences qui relevaient plus du jeu de la compétition plutôt qu’autre chose. La Dame semblait puissante et mieux valait ne pas s’en faire une ennemie. Elle accepta et entra dans les rangs des Princes Pirates. En cadeau, Neïade lui offrit un astrolabe adapté à ses petites mains qui lui sert à la fois d’Amante Cardinale et de réceptacle aux âmes de navires. Charme changea son Pavillon pour un Diodon jaune sur fond bleu nuit.

Les horreurs que Charme vécue firent rapidement jaillir son Diablotin personnel, pourtant, elle ne se mit à la pratique de la conjuration que très tardivement. Algahim Thor, son compagnon nain, l’encouragea dans cette pratique. Il en connaissait lui-même quelques rudiments. Quitte à plonger, autant faire les choses comme il faut. Son culot familier l’animait.
Aux confins du Golfe d’Ebène, dans les brumes hivernales, elle se rendit sur l’île dîtes du Pendu. Elle avait acheté la carte à un vieil Advocatus Diaboli édenté de Sasmiyana. L’homme l’avait reçu dans sa mansarde glauque, peuplée de carcasses d’animaux. L’odeur lui restait encore en guise de supplément. Il avait rit, dévoilant ses dents éparses, lorsqu’elle exprimait sa requête. Son rire transportait d’abondants glaires. Il avait finit par lui vendre la carte, lui conseillant d’être prudente. Un propos presque ironique. Les prudents ne foulent pas l’île du Pendu.
La terre était d’un noir volcanique, pleine de crevasses et de crépis. Des crabes obscurs s’égosillaient dans de maigres flaques croupies. Le canot de Charme mordit la plage de galets charbons. Face à elle, des pierres informes toutes soudées les unes les autres égaillaient le mortuaire paysage. Un chemin de cendres menait au centre du Roc. Charme le prit, accompagnée par Algahim. Le reste des hommes surveillaient le canot. Ils arrivèrent sur une place circulaire, plate et sans débris. Au centre, un mat d’acier supportait un corps décomposé. Les membres mous se balançaient au gré du vent et de la pluie, accompagnés par les guenilles à demi rongée que l’homme portait. Une chaîne oxydée le maintenait en suspend. Charme ne pâlit même pas, et s’avança sans peur vers le damné. Plus près, on pouvait voir les noirs asticots se nourrir de sa chair flétrie.
Une unique paupière dénia s’ouvrir à l’approche de la Fée Noire. L’œil frappait par son caractère tellement humain, strié de sanglantes veinures. Une langue démesurée sortie de la bouche oblique du Pendu. Il s’humecta les lèvres avec soin.
« Qui trouble mon funeste repos ? » dit il dans un sifflement étranglé.
« Je suis Charme Liesplin, Sombre Dame et Princesse Pirate. »
« Que me vaux l’honneur de cette présence, princesse ? »
« J’aimerais m’entretenir avec ta maîtresse… »
A ces mots, le Pendu s’étouffa. Il toussa longuement, mi amusé, mi désappointé par cette demande.
« Tu ne sais pas à quoi t’attendre. Ma maîtresse ne souffre d’aucun rendez vous. Quiconque la croise trépasse, c’est aussi simple que ça. »
« J’ai fait mes propres recherches… J’ai un marché à lui proposer. »
« J’espère pour toi qu’il en vaux la chandelle. » Sur cette phrase, le ciel s’obscurcit. L’air se souleva, emportant de gros nuages menaçants. Plusieurs heures passèrent alors que le soir tombait. Charme était patiente. La tension des environs s’accentuait. Son hôte serait bientôt là.
Un éclair déchira la nuit. Le croissant de Lune rayonnait avec majesté, étirant les ombres.
Une explosion perçante jaillit de la mer, et une silhouette gigantesque encadra l’horizon. Femme d’obsidienne aux cheveux d’algues, son corps exhalait une beauté surnaturelle. De ses grands yeux jaillissaient des rayons de ténèbre lunaire. Silith, le Haut Diable des Mers se tenait droite face à elle. Charme ordonna à Algahim de retourner seul au canot, elle voulait parlementer avec la Diablesse face à face.
L’échange fut long, et dura jusqu’aux petit matin où Silith du partir. Toutes deux avaient eue ce qu’elles voulaient. Contre la pratique de la Conjuration Maritime, Charme dévoila l’un des précieux secret de sa mémoire : La connaissance d’une route fluviale vers la cité d’Albandisse. Charme participerait à la traque des démons de Vitrance.
C’est avec une soif nouvelle de savoir qu’elle se jeta dans la pratique de la Démonologie.

Qualités : Vive de corps et d’esprit. Juste. Perspicace. Joviale. Ambitieuse. Courageuse.

Défauts : Avide. Sadique. Obstinée / Têtue / Bornée. Cruelle. Parano. Joueuse.

Ce qu'elle aime : Les trésors et les trophées. La Torture. Son navire et son fils Grégoire. La mer et ses charmes. Surprendre. Jouer. Son Kriss. Son Danseur. La Connaissance.

Ce qu'elle déteste : Perdre ! Qu’on lui vole quelque chose. La mièvrerie. Rester inactive.


Dernière édition par SuperPampers le 19 Août 2008, 22:39, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 19 Août 2008, 22:18 
Hors-ligne
Incarnat
Incarnat
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Août 2006, 16:31
Messages: 509
Localisation: PampersTown
Equipage :

Algahim Thor : C’est le seul ami de Charme Liesplin. Il officie en tant que second, et s’occupe aussi du travail de charpenterie. Ancien membre de l’Equerre, il commis une faute grave qui lui valu d’être banni. En effet, tout à fait conscient de ses actes, il offrit un navire à un groupe de Drakoniens en fuite. Algahim est un nain roux et ses affinités balancent entre l’hiver et l’automne. Il fut ému par le récit des Drakoniens et décida donc de les aider.
Il fut très vite versé dans la conjuration, mais c’est vraiment lors de l’année sabbatique de Charme dans les Parages qu’il approfondi celle-ci. Algahim est maintenant capable de conjurer des démons de second cercle.

Grégoire Le Bossu : Le Bossu est la figure de proue du navire éponyme. Doué de parole, il ne s’exprime généralement que pour raconter des blagues, brailler sa joie ou son mécontentement. Il est le fils de Charme et se considère comme tel. Comme tout enfant, il n’hésitera pas à soutenir ou protéger celle-ci. Grégoire aime l’action et particulièrement le combat. Il aime faire peur aux assaillis par ses cris et ses gestes amples. Espiègle, il aime faire des farces en restant immobile pendant des jours, puis hurlant soudainement à quiconque s’approchant sans prendre garde. Par le touché, tous membre de l’équipage peut entrer en contact avec lui et partager ainsi ses émotions. Il peut aussi prendre le contrôle d’un des hommes et offrir ses compétences de navigations.

Bü’Gécéré dit le Tatoué : Bü’Gécéré est un Bokori recueilli lors du pillage d’un transport d’esclave. Si Charme vendit le reste de la cargaison, elle garda ce mystérieux homme d’ébène auprès d’elle et profita ainsi de ses talents de Cartographe. Bü’Gécéré parle peu en général, et jamais de son passé. Un long rectangle est tatoué sur son visage, encadrant et soulignant son œil gauche jusqu’à la commissure de ses lèvres.

Les Frères Tang : Trio de frères Princéens, ils embarquèrent dans Le Bossu par erreur pour ne jamais en sortir. Issu des bas fonds de Sasmiyana, et fils de la maraude, ils se cachaient de la milice du port quand le navire leva l’ancre. L’aîné est cuistot, le benjamin s’occupe du nettoyage et le cadet est vigie.

Tarascatopoulos : Ce valeureux minotaure en avait marre de faire la nounou castratrice des esclaves Carmes. Servir d’objet sexuel pour une gouvernante en rut ne l’intéressait plus. Il saisit la première occasion pour se tailler et atterrit au gré du vent sur le Bossu. Il s’attache à la fonction de bosco. Gare à son fouet ! L’étoile de fer le suit généralement…

Vlod : Unique rescapé de l’année Paragéenne de Charme, Vlod a apprit à aimer la mer. Il est entré dans l’équipage comme apprenti d’Algahim et maîtrise maintenant des rudiments de charpenterie. En plus de cet apprentissage, il œuvre en régulièrement en tant que Timonier. Ses yeux précis mènent le bateau à bon port. Vlod est une masse, et une sorte de fraternité taquine le lie à Tarascatopoulos , le Minotaure vainqueur incontesté de nombreux bras de fer.

Le reste de l’équipage est une bande d’humain sans importance, qui circule selon les escales et les batailles.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 19 Août 2008, 22:20 
Hors-ligne
Incarnat
Incarnat
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Août 2006, 16:31
Messages: 509
Localisation: PampersTown
La Conjuration Maritime

Petites esquisses pour les principes de la Conjuration Maritime.

Comme chacun le sait (SJ2), les démons marins sont liés à l’astre nocturne qu’est la Lune et ses variations. La Conjuration Maritime nécessite de cercler l’ombre lunaire portée par les vagues afin d’appeler à soi un démon marin. L’entreprise à l’air simple, mais le problème provient de la dilution des encres lorsqu’elles touchent l’écume.
Un type d’encres spéciales doit être utilisé. En effet, dans le cas de Charme, Silith lui offrit personnellement trois flacons d’encres de couleur blanche, bleu et jaune. Ces encres disposent d’une texture particulière que l’on pourrait qualifier de huileuse, bien que leur fabrication reste encore un secret à ce jour.
Même si la ténèbre ne manque pas à Charme, ses connaissances démonologiques ne lui permettent de conjurer que des démons de cercle I. Elle utilise alors de l’encre blanche.

Les encres et les démons marins ont des noms différents :
- Blanche : Encre Saline => Conjure des Salins.
- Bleu : Encre Lazulite => Conjure des Lazulis.
- Jaune : Encre d’Or => Conjure des Orions.

On ne sait si il existe des encres conjurant des démons marins supérieurs.

Les Démons :

- Les Salins : Les Salins sont les démons marins les moins purs. Ceux dont le sel corrode encore leur ténèbre. Ils sont généralement fait d’une écume noire aux reflets de nacre et pourvu de semblants de membres grotesques. Ils fuient la dureté des noxymores envers leur espèce, et préfèrent le balancement de la surface sous les rayons de la lune.

- Les Lazulis : Plus purs que leurs cousins Salins, les Lazulis miroitent d’un noir marine profond. Pas encore totalement purs, ils aiment imiter les créatures qu’ils croisent aux alentours des noxymores. Il n’est pas rare de voir des similis de crustacés monstrueux, aux reflets obscurs, se balader au creux des golfes.

- Les Orions : Ces démons se prennent pour les seigneurs des profondeurs. Bien peu peuvent égaler la pureté de leur ténèbre. Tellement noirs qu’ils paraissent lumineux sous les rayons de Lune, les Orions n’ont pas de formes propres. Ils sont naturellement polymorphes, contrôlant leur masse de ténèbre à la perfection. Ils sont ce qu’ils veulent apparaître. Ils compactent leur masse, ou l’étendent selon leur envie. Ces démons préfèrent le calme profonds des noxymores et ne sortent généralement que pour se battre contre les tarasques.

On ne sait si il existe des démons supérieurs aux Orions. Certains avancent l’apparition de Monstres d’ombre aux reflets de Sang. Mais ceci n’est que légende… Quoique…

Je laisse les demandes des démons à la discrétion de L’EG. Les Salins ne différent guère des Opalins, mais à partir des Lazulis, les demandes se focalisent plus sur Vitrance et ses sbires.

Particularités de la Conjuration Maritime :
- Il est impossible de conjurer un démon normal avec les encres maritimes.
- Il est impossible de conjurer un démon marin près d’un Rouf. Une force inconnue et inexpliquée les empêche de se former dans l’ombre cerclée.

Advocatus Diaboli :
Aucun Advocatus n’accepte une connivence d’un démon marin. Celles-ci sont sensées être inexistantes et improbables. Pourtant, à chaque Lune, Charme se rend à l’Ile du Pendu pour rendre ses connivences signées de sa main et d’un tentacule visqueux du démon. Le mat d’acier est pourvu de casiers nominatifs, ressemblant à des petits tiroirs. Pour l’instant, seul le nom de Charme Liesplin y est inscrit. Quand celle-ci a besoin d’encre, Saline généralement, un flacon d’encre l’attend aux pieds du Pendu à la Nouvelle Lune.

Méthode de Cerclage des Ombres Marines :
Le Cerclage des ombres maritimes ne passent pas par un pinceau mais par un entonnoir, le conjurateur faisant couler l’encre par celui-ci pour effectuer sa besogne. C’est d’abord un travail de dosage, plus que de précision. Une Conjuration Maritime gaspille deux fois plus d’encre qu’une conjuration normale.

Caractère des Démons :

Il est dit que le caractère des démons marins est influencé par la Lunaison. Rien n’est plus vrai. Les capacités, ainsi que les exigences des démons marins varient avec la lune. Plus le cercle du démon est élevé, plus la lune doit être pleine. Ainsi, aucun démon ne peut être conjuré à la Nouvelle Lune. Seuls les Salins peuvent être appelés au Croissant. Suivent ensuite les Lazulis au quart de Lune, et les Orions à Gibeuse.

Voici les variations des caractères des démons suivant les phases de la Lune :
- Nouvelle Lune : Repos dans les Noxymores.

- Croissant ascendant : Eveil. Les Démons marins sont curieux du monde qui les entoure. Les Salins se baladent avec l’écume.

- Quart ascendant : Maturité. Les Démons sont réfléchis. Ils cherchent avant tout des informations sur Vitrance et ses sbires. Les Lazulis vont parlementer avec les morganes marines.

- Gibbeuse ascendant : Sanguin. Les démons sentent leurs émotions profondes prendre le dessus. Ils ont envie d’action, de concret. Les Orions ne dédaigneraient pas se mettre un haruspice sous la dent.

- Pleine Lune : Exacerbés. Les démons laissent libre court à leurs fantasmes les plus fous. Il demande n’importe quoi avec véhémence, et font tout pour l’obtenir. Des couples enlacés au bord de l’eau sont enlevés, des petits ports de pêche saccagés…

- Gibbeuse descendante : Calme. Les démons prennent conscience de leurs actes et leur rage s’en trouve apaisée. Ils veulent profiter de la vie, et avoir quelque chose qui les amusent.

- Quart descendant : Mélancolie. Plus rien ne les amuse. Ils se sentent las, incapables. Ils ne demandent généralement pas grand-chose et se laissent aller par le courant. Ils ne sont guère actif non plus, aussi, ils ne répondront que rarement aux connivences.

-Croissant descendant : Dans un sursaut de volonté, les Salins s’activent avant qu’il ne soit trop tard et que vienne la Nouvelle Lune. Ils sont partout à la fois, et traitent de trente six chose en même temps, sans grande efficacité…

Contrairement à leurs cousins, les Démons Marins éprouvent un sentiment de solidarité entre tous. Ils font partis d’une même famille et obéissent à un dessin unique : La chute de Vitrance. Ils sont comme des fourmis, et obéissent à leur reine Silith. Il n’est pas rare que les démons marins agissent en groupe, même si un seul d’entre eux a été conjuré ou a déposé sa patte sur une connivence. Cela garantit une certaine efficacité quand la Lune est en bonne phase avec l’action demandée.
Les démons marins les plus pratiques sont sans conteste les Lazulis. Leurs formes aquatiques sont adaptées aux milieux marins et aux contacts avec la surface (de très courte durée). La gamme incongrue de leurs apparences les rend polyvalents. De plus, ils sont ceux qui répondent avec le plus de sérieux aux désirs de Silith.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 20 Août 2008, 14:08 
Hors-ligne
Le satyre
Le satyre
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Avr 2004, 21:40
Messages: 555
Localisation: Ranne, en Janrénie et Paris, sur la Terre.
Bravo pour ce petit addenda sur les démons marins et la conjuration maritime ! Je suis content de voir de cet article à inspiré quelqu'un :D

D'aillleurs, si tu dissociais la partie sur les démons marin (en y intégrant l'histoire de l'île du pendu) de la partie sur la fée noire, et que tu le développait un brin encore (par exemple : combien de temps exactement les Lazulis peuvent-ils rester sur terre (sachant que la Sentence des rivages normalement le leur interdit) ?), on pourrait le coller en addenda du SJ2 !


Enfin, j'ai quelques remarques (évidement) :

- Pourquoi ne peut-on pas conjurer à proximité des roufs ?? Je crois au contraire me souvenir que Ventermitage est infesté de Démons !

- Que fais-tu de la bonne vieille règle : un démon conjuré à travers une ombre lunaire devient sentimentale ?
Mmmmh... Peut-être pourrions-nous dire que dans la mesure ou ils sont des démons marins, il ne réagissent pas pareil à l'influence de la lune (ce qui est djà le cas, me diras-tu). Leur "pars humaine" ayant disparue, il sont moins enclins aux sentiments... Bon, ok, mais alors, les Salins seraient bien en reste, avec leur Ténèbre "impure" ! Et certains Lazulis aussi. Ce que je veux dire, c'est qu'être sentimentale pour un démon, n'est pas forcément à son avantage, vis à vis de son conjurateur...
Sans compter que dans un deuxième temps, la conjuration lunaire entraine l'intervention d'un Artificier, la nécessité dœllipses, etc... blablabla.
Bref à revoir ou à consolider/ justifier plus, "suggère-je"(wouaou. C'est très laid comme formule).

- Cercler une ombre lunaire sur la houle de la mer, avec une encre huileuse : voilà qui est TRES galère ! En écrivant l'article, j'avais en tête que la conjuration marine serait impossible, et que ça pratique, serait pour une fois, une simple légende. Mais bon, pourquoi pas la rendre possible ? Par contre, je suis pas hyper convaincu par le modus operandi proposé. J'imagine l'immmmmmmmmense galère, depuis une barque, en pleine nuit, avec un patron pour projeter une ombre raisonnable (c'est à dire pas trop grosse), cerclable depuis la dite barque, arc-bouté par dessus bord (les plongeons doivent être fréquents...) Sans compter qu'avec la houle, l'ombre est mouvante sur les flots, bref... peut-être que juste un surcroit de description pourrait suffire à rendre ça plus crédible... A voir.

En tout cas bravo.



(P.S : j'ai une question qui n'a rien à voir : Pourquoi "Super Pampers" comme pseudo ?)

_________________
Alraune
(satyre lunaire)


"Puisse l'éclat de votre flamme ne pas vous aveugler"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Août 2008, 12:34 
Hors-ligne
Incarnat
Incarnat
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Août 2006, 16:31
Messages: 509
Localisation: PampersTown
Merci de cette réponse, ou plutot de ces questions ^_^

Citer:
- Pourquoi ne peut-on pas conjurer à proximité des roufs ?? Je crois au contraire me souvenir que Ventermitage est infesté de Démons !


Pourquoi pas près des roufs ? Alors dans mon idée, et je crois bien avoir lu ça quelque part dans la gamme, les roufs ont été érigés pour justement protéger les côtes Boucanières des Démons Marins ; du coup il me semblait logique que la conjuration marine y soit plus difficile voire impossible. Je me souviens plus, dans Ventermitage, ce sont des démons ou des démons marins ? Car ici pourrait se trouver l'explication.

Citer:
- Que fais-tu de la bonne vieille règle : un démon conjuré à travers une ombre lunaire devient sentimentale ?


J'ai adapté cette règle. Plus que sentimentaux, les démons marins, assujettis à la lune, sont donc lunatique. Suivant les phases de la lune, ils vont changer d'humeur. Ce qui influera sur leur efficacité. d'où l'apparté sur le caractère des démons.

Citer:
- Cercler une ombre lunaire sur la houle de la mer, avec une encre huileuse : voilà qui est TRES galère !


Je te l'accorde ! A mon sens, pour simplifier la chose surtout, l'encrage sur l'eau ne nécessitait pas de précision. Tous les conjurateurs crieront au scandale, c'est sur (je me prépare au lynchage) ; car la précision fait justement parti de l'art de la conjuration. Soit. Pour la conjuration marine, on pourrait imaginer que l'encre huileuse ai une sorte de réaction, par exemple : si l'on considère que chaque ombres, quel quelles soient, possède une partie de Ténèbre ; cette Ténèbre posséderait une sorte de magnétisme ; la réaction de l'encre huileuse pourrait de se coller autour de l'ombre.
De toute façon, je ne voyais aucune subtilité dans l'encrage marin; d'où la règle : l'encrage marin utilise deux fois plus d'encre qu'un encrage normal.
C'était un peu : j'étale de huile à peu près autour d'une ombre, ça fait un truc bien crado, mais tant que ça marche...

[Sinon pour SuperPampers... Mouhahahaha ; je préfère garder un peu de mystère :p . Si on se revoit un jour, et que tu sois toujours curieux, je te raconterais l'histoire ^^ (ça vaux pour tout ceux du SJ) ]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Août 2008, 15:51 
Hors-ligne
L'Ombre
L'Ombre
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Sep 2004, 20:34
Messages: 2378
Localisation: Agen
En tout cas je veux bien mettre en maquette ta fée noire pour notre DP

_________________
T'as peur dans le noir??


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 22 Août 2008, 12:32 
Hors-ligne
Incarnat
Incarnat
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Août 2006, 16:31
Messages: 509
Localisation: PampersTown
Autant qu'elle serve ^_^ Je t'en serais très reconnaissant de mettre tout ça en maquette ! Dois-je te l'envoyer ? Dois-je refaire la présentation (enlever des parties ect...) ? Dois-je joindre une fiche personnage (avec caractéristique ect... ?) ? Dois-je préciser certaines intrigues, afin de donner des pistes RP, comme par exemple un groupe de l'Equerre qui poursuit Algahim. Ou même, comment Charme compte rejoindre Albandisse (j'ai déjà mon idée la dessus) avec Silith.

Pour en revenir sur les roufs, j'ai retrouvé ce qui, dans la gamme, m'avait donné à penser ça. Dans les Cahiers Gris, sur Vantermitage justement, il est écrit au début :

Citer:
Il [Ramir Ventill] suggère notament qu'ils faisaient office de remparts plutot que [...] d'avant poste pour les navigateurs. Selon lui, au temps de la Flamboyance, les Muses avaient soufflé aux inspirés que le danger pouvait venir aussi bien du large que de l'intérieur des terres. [...] Car les Muses savaient que la Ténèbre grondant dans les profondeurs de la terre pouvait aussi faire jaillir ses rejetons à travers les fonds marins et envahir les territoires enchantés à l'improviste.


Il est vrai qu'ensuite dans Intrigues, le roufs de Ventermitage se retrouve infesté de Démons venu des profondeurs. Est-ce que ce rouf aurait été corompu, d'une certaine manière, perdant ainsi peu à peu sa puissance ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 25 Août 2008, 01:05 
Hors-ligne
Le satyre
Le satyre
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Avr 2004, 21:40
Messages: 555
Localisation: Ranne, en Janrénie et Paris, sur la Terre.
SuperPampers a écrit:
les roufs ont été érigés pour justement protéger les côtes Boucanières des Démons Marins ; du coup il me semblait logique que la conjuration marine y soit plus difficile voire impossible. Je me souviens plus, dans Ventermitage, ce sont des démons ou des démons marins ? Car ici pourrait se trouver l'explication.


Démons classiques. La réponse est à chercher du côté des Atlas, je pense.


Citer:
J'ai adapté cette règle. Plus que sentimentaux, les démons marins, assujettis à la lune, sont donc lunatique. Suivant les phases de la lune, ils vont changer d'humeur. Ce qui influera sur leur efficacité. d'où l'apparté sur le caractère des démons.


Le caractère lunatique des démons, variant selon la lune, est celui de base, déjà décris dans l'article d'origine.


Pour ce qui est de l'encrage, pourquoi pas.Ca peut passer. A défaut d'une autre idée... (Personne à une autre idée ?)

_________________
Alraune
(satyre lunaire)


"Puisse l'éclat de votre flamme ne pas vous aveugler"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 25 Août 2008, 07:40 
Hors-ligne
Auteur SJ
Auteur SJ
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Juin 2006, 16:08
Messages: 961
Concernant l'encrage, je trouve un peu facile de simplement mettre l'encre dans l'eau (et la magie fait le reste TGCM) et j'ai une idée. Pourquoi le conjurateur ne serait pas un acrobate accroché à un filin ? J'imagine bien le conjurateur la tête en bas qui se balance avec classe au dessus des eaux. Pour ce qui est de la fée noire, je ne vois pas le problème : elle peut voler au dessus des eaux le temps de l'encrage.

Concernant les ombres lunaires, je trouve dommage de ne pas pouvoir conjurer à la lumière du soleil... Surtout que les ombres lunaires ne sont pas visibles à l'oeil nu... Il faut des lunettes spéciales, non ?

Je pense qu'il devrait être possible de conjurer des deux manières.

_________________
[url=http://noneneprod.com/]Nonène prod, les créations et les réflexions d'un auteur qui se professionnalise.[/url]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 25 Août 2008, 22:57 
Hors-ligne
Le satyre
Le satyre
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Avr 2004, 21:40
Messages: 555
Localisation: Ranne, en Janrénie et Paris, sur la Terre.
Le maréchal a écrit:

Concernant les ombres lunaires, je trouve dommage de ne pas pouvoir conjurer à la lumière du soleil... Surtout que les ombres lunaires ne sont pas visibles à l'oeil nu... Il faut des lunettes spéciales, non ?

Je pense qu'il devrait être possible de conjurer des deux manières.


Ces lunettes se nomment des œilipses je crois.

Sinon, je suis entièrement d'accord avec le maréchal sur ce point.
Je pense aussi que tu devrais modifier ça.



Par contre l'encreur acrobate... image insolite, certes... Mais va savoir pourquoi, je suis pas convaincu. Maintenant, les gouts et les couleurs, c'est comme les clitor... hem...
Bref, vous m'avez compris.

_________________
Alraune
(satyre lunaire)


"Puisse l'éclat de votre flamme ne pas vous aveugler"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 01 Sep 2008, 23:47 
Hors-ligne
Incarnat
Incarnat
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Août 2006, 16:31
Messages: 509
Localisation: PampersTown
En ce qui concerne l'encrage marin, je n'y avait pas vraiment pensé en écrivant cette esquisse. C'était surtout pour agrémenté le background du personnage, et de donner des pistes pour l'EG. En clair, sur le moment, je voulais pas me faire chier.
Maintenant, s'il faut écrire quelque chose de consistant, il est clair qu'il faut réfléchir à la question. L'image de l'acrobate est alléchante, poétique, et même marrante. Cependant, il reste le problème de la houle, qui est en fait au coeur même de ce débat. Comment faire le contour précis d'une ombre mouvante ? Surtout si on ajoute la pluie, le vent, le sombre de la nuit.... Difficile n'est-ce pas ?
Doit on figer l'eau ? Doit on faire le contour d'une ombre, ou juste une forme précise sur cette ombre (utilisation de pochoirs?) ? Doit on réussir à suivre le mouvement de l'ombre, et ici se présenterait la difficulté ? Tout serait une affaire de rythme finalement.
Au départ, l'idée de l'encre huileuse se résumait à un travail de porc. Le contour de l'ombre est mal fait, sans charme et même carrement dégueux ; mais ça marche. En même temps, je trouve que cela correspond plus à la description des démons marins, plus purs, mais plus sauvages. Quelque chose de vraiment informe, et non une caricature des êtres de l'Harmonde.

Ceci reste à creuser.

Pour les ombres solaires. Pourquoi pas, même si cela me gêne un peu. Pour moi, la mer est proche de l'astre lunaire (les marées ect... bref tout le monde connait ça). Le soleil, de la terre. Aussi pour les ombres solaires, je verrais plus des conjurateurs lambda qui conjure des démons "normaux" à la lumière du soleil. A ces démons de s'adapter à la vie marine. C'est pour cela que Charme passe un pacte avec Silith, car les démons marins sont plus efficaces que les démons normaux dans ce milieux.
Pour les lunettes, cela peut être ajouté et fourni par Silith sur l'ile du Pendu.

La sentence des rivages se trouve dans le SJ2? Je ne l'ai pas chez moi en ce moment, et je me rappelais même plus que ça existait. Comment cette sentence est elle formulée ? Concerne-t-elle aussi les îles (genre janus a oublié la petite phrase, écrite en police 3 en fin de contrat) ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 23 Sep 2008, 16:40 
Hors-ligne
Incarnat
Incarnat
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Août 2006, 16:31
Messages: 509
Localisation: PampersTown
Désolé du double post. Je vais me remettre petit à petit à la question de la conjuration maritime. Je pense avoir trouvé une pirouette pour expliquer le cerclage des ombres.

Sinon, pour les ombres solaires plutot que lunaires, je reste sur ma position. La Conjuration boucanière est déjà très détaillée dans l'Atlas correspondant à l'Enclave et il serait bête de brouiller des pistes par un surplus d'informations et de pratiques. L'idée d'utiliser le sel est suffisement bonne pour être approfondie si besoin.


[J'ai déplacé ce qui suit dans le Topic sur Moloch dans Savoir]
Je laisse cela aussi ici pour illustrer mon propos sur conjuration maritime Solaire/Lunaire

D'ailleurs, en parlant de l'Atlas de l'Enclave Boucannière et de la Conjuration, il y a une sorte de Quiproquo que l'on pourrait tourner à notre faveur.
Je m'explique. L' EG qui écrit cet Atlas parle d'un monastère où chaque moine est un Conjurateur. Ceux ci réussissent à mélanger les Encres de conjuration et le sel pouvant alors invoquer les Larmes. Or, dans ce texte, les Larmes sont inféodés à Belphégor. Pourquoi ? Il n'y a pas d'explication. Surtout qu'il n'y a pas de rapport avec des inventeurs ou même des nains. Bref.
L'EG continue ensuite sur un certain complot de ces moines qui chercheraient à lier des démons à des carcasses de bateaux afin de former des navires fantômes et à harceler les rivages de l'Harmonde. On se demande encore pourquoi, mais bon... mettons cela sur le compte de la folie.

Il y a un petit moment, Axelap (si je crois bien me souvenir) posait une question fort intéressante : Comment invoquer les Larmes ? Ces démons de Meloch, issus de la lumière des éclipses ? Car des eclipses... Y'en a pas toutes les heures... :?

Ne pouvons nous pas tenir ici une réponse ?
Et si lors de l'Eclipse, la grande eclipse quand le Masque étendit le voile de l'Automne sur l'Harmonde, Diurne, ce soleil diminué, avait pleuré pour sa soeur ? Sa pauvre soeur devenue l'Ombre pour son amant. Son amant, le Masque, qui l'a trahit pour les charmes de l'Automne.
Et si ses Larmes devinrent regrets ? Regrets pour sa soeur perdue, éclatée en milles facettes. Nostalgie de son visage unique, celui de Noxe, illuminé par ses étoiles.
Et lorsque ces larmes séchèrent, il n'en restait que le sel. Un sel puissant, emplie du souvenir de Noxe. Véritable don innocent de Diurne.

Et si, dorénavant, à chaque éclipse, ce souvenir faisait, refaisait surface. Ainsi pourait se déployer Meloch et ses Larmes, l'un des seuls Haut Diable à intriguer pour le retour de Noxe.
Et si ce sel contenait ce même pouvoir ?
Car, mes amis, rappelez vous. Pour créer une Ombre, il faut de la lumière...


Ps [Ce faisant, j'égratine un peu le texte sur les Larmes dans le Bestiaire, puisuqe pour moi, ce sont des démons Solaires et non lunaires, donc pas besoin d'oeillipse. De toute façon, les larmes était déjà un peu des deux... ]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Mai 2009, 23:57 
Hors-ligne
Incarnat
Incarnat
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Août 2006, 16:31
Messages: 509
Localisation: PampersTown
Pour un meilleur confort de lecture, voici Charme Liesplin en PDF. Bonne lecture, si ça vous tente ^_^

Charme Liesplin

Ce Dramatis Personae est un petit plus pour l'aide de jeu : Conjuration Marine.

_________________
Capitaaaaiiiine Caverne !!


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  

Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 14 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
cron