slagg

Nous sommes actuellement le 22 Juin 2021, 10:13

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 1 message ] 

chimères et nuits d'orage


Auteur Message
 Sujet du message: chimères et nuits d'orage
MessagePublié: 09 Mai 2008, 02:07 
Hors-ligne
Safran
Safran
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Sep 2007, 06:50
Messages: 75
Localisation: Entre Vercors et Brocéliande
Les mille vagabonds de nos ailleurs extatiques, songent peut être parfois à la folie de nos errances solitaires, où, en tête à tête avec nous mêmes, nous essayons de faire un point incertain sur nos bonnes résolutions.
Devant le reflet bleuté de notre glace sans teint, aseptisée et biseautée, on fixe nos prunelles sans comprendre, cherchant l’unique voie à suivre parmi les mille chemins de traverse.
Itinéraire chaotique qui nous déchire le cœur, emportés sans ménagement par les dédales grossiers de nos lentes expériences, on n’a de cesse de se chercher, de trouver notre point d’ancrage, comme une aiguille vers une ligne de fuite.
Chaque jour nous apporte son lot de travers, de sourires, d’instants rares et magnifiques, que l’on veut blottir dans un petit coffre de bois précieux, pour ne l’ouvrir que lorsque l’on ne se sent pas bien, comme ultime parade à notre lente tristesse.
Juste savoir qu’ils sont là, rassurants, sublimés par nos souvenirs, qui brodent et enjolivent sans relâche, ces petits instants de nous.
Alors on lève les yeux sur le néon bleu, et on fuit ces moments d’intenses introspections, qui nous froissent et nous dérangent, on cherche à s’échapper de ces formats jugulaires et rébarbatifs, être libre, juste un instant !
Les nuées sombres de nos peurs, voilent le bleu limpide d’un azur incertain, comme une balafre en plein cœur, comme ces larmes qui coulent sur nos jours.
Fuir ! Tout est là, que faire ? Regarder encore un instant le masque de nos hontes, ou se réfugier par delà les errances de nos ultimes rêves d’enfant, courir dans les halliers serrés chercher les petits peuples, surprendre une licorne ou entrer dans une farandole de lutins et de fées.
Chaque jour qui passe éloigne ces deux mondes, et lentement la passerelle s’effile comme le cristal, gouttes après gouttes, la coupe est pleine, et le petit peuple de plus en plus loin.
Pourquoi grandir ? Inextinguible illusion d’être meilleur, de faire bonne figure au milieu de ceux qui ne nous comprennent plus, trop soumis à cette loi de la jungle, dans la faune de nos villes standardisée.
Les jours deviennent plus lourds, et on enfile le masque, passer inaperçu dans la masse, sans déranger, sans faire de bruit.
Alors que tout semble inaltérable, que tout s’est bien ordonnancé, que chaque choses est à sa place, dans les replis soyeux des limbes ouatées de nos habitudes, survient l’impensable.
Un regard surpris, un sourire jovial, loin des loups qui travestissent les pseudo-réalités de nos infâmes servitudes.
Et puis cet indéfinissable froissement de cils, ces yeux qui traversent le carcan de nos paraîtres, et viennent se lover dans les replis secrets de nos jardins intimes, sans une parole, sans s’arrêter à cette enveloppe qui nous costume, qui nous asservit … qui nous domine.
Et ces choses qui bougent au fond de nous, qui remuent qui s’ouvrent, elles qui s’enlisaient depuis si longtemps dans les reflets de nos oublis.
Alors on ouvre les yeux incrédule, cherchant la cause de ce raz de marée, qui drosse nos confortables rigueurs, sur des écueils invisibles et tenaces, refoulés si loin au dedans de nous.
Et les plaies oubliées qui saignent à nouveau, et ces tristesses qui reviennent, ces tiroirs qui s’ouvrent en grand et la peur dans nos prunelles.
Enfin quelques mots sur nos maux, au delà des apparences et des sourires de convenance.
La vie joue parfois les trouble-fêtes, et s’il était peut être temps de cesser de fuir, d’arrêter de croire que tout peut s’oublier, de reprendre les rênes de nos errances consciencieuses, et de faire enfin le point.
L’amitié est intangible, elle naît souvent de rien et devient plus forte que tout.
Besoin d’être aimée comme une enfant, retrouver ces valeurs qui semblent nous fuir, besoin d’un sourire, d’un encouragement, besoin de confier cette boule de honte pour s’affranchir, enfin, de cette enfance détruite, perdue, trop loin.
Besoin de se réfugier dans des bras salvateurs, arrêter de faire front, faire le deuil qui nous manque, juste une fois, prendre le contrôle de soi.
Besoin de laisser couler ses larmes, besoin de réparer ce corps qui fait mal, qui transporte avec lui tant de douleurs, tant d’horreurs, tant de déshonneurs.
Les bleus de l’âmes ont toujours la couleur des larmes, princesse, je voudrai tant voir ton vrai sourire, et tes yeux heureux.
Si tu le veux, je t’aiderai à trouver la paix ma puce, au delà des maux … au delà des mots !
Mais sans toi je ne suis rien, que le balancier d’un temps qui passe, assassin, plein de menaces, contre lequel je ne puis rien.
Même si c’est dur, il faut faire front, à deux tout est toujours plus facile, il faut reconstruire ta passerelle de verre, et rejoindre ton conte de fée.
Au delà de tes incertitudes, la farandole est toujours là, cachée par les ombrelles, de ces grands aulnes séculaires. Je te montrerai courir les licornes, dans les brumes de ces nouveaux matins, et tu trouveras ces trésors, que tu cherches, en vain, depuis tant de temps, on regardera les fleurs des glycines, les lutins malins dans les fougères vagabondes, le cerf altier qui traverse ces bois magiques, et ces fées magnifiques, volages et pudibondes.
Et quand tu te sentiras bien, tu reprendras le cours de ta vie, avec des milliers d’étoiles dans tes yeux, enfin privés de larmes.
Tu dompteras les éléments, triompheras des incidents, avec cette force nouvelle, qui terrassera les plus rebelles.
Et seule, le soir, devant ton miroir glacé, tu te regarderas sourire, tout en pensant rêver.

Mille bises ma puce …

Gaëlle

_________________
Le rêve est la raison d'un seul
La réalité est la folie de tous


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  

Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
cron