slagg

Nous sommes actuellement le 23 Juin 2021, 03:42

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 2 messages ] 

Agone agonise ...


Auteur Message
 Sujet du message: Agone agonise ...
MessagePublié: 30 Avr 2008, 00:47 
Hors-ligne
Safran
Safran
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Sep 2007, 06:50
Messages: 75
Localisation: Entre Vercors et Brocéliande
Chaque grain de sable brille intensément sous les rayons de lune. Dans la grande arche de pierre juste sous la voûte, ELLE regarde les signes, balance septentrionale des ultimes décans décadents. Le vaste désert de Kesh luit sous l’astre nocturne, loin si loin du Ténarbre. Au milieu des roses sables, ELLE admire cette étrange gemme, bercée de ses mille illusions, l’étrange balance est là, si près, si loin déjà, dans les suaves oublis d’un songe encore tout empli d’émotion.

L’alchimie des mille sciences berce les douze faces de la pierre, subtil mélange d’agate liquide et d’or en fusion, les ophites verdâtres lézardent l’harmonie balbutiante de l’équilibre du grand tout.

Loin, si loin, par delà les dédales des ruelles étroites, déjà vacillent les mille tours, encore toutes empreintes de la fierté des grands bâtisseurs.
Le marteau des sentences s’abat sur le pupitre de fer du palais d’acier de la grande nécropole.
L’art maudit des Harmonies blesse l’échine reptilienne des disciples de Nocte, et la tour d’Ardenceuil menace de se rompre, sous l’assaut furieux des damnés infernaux.
Rires grossiers des paladins de l’enfer liturgique, qui hurlent au trépas des marais de leurs angoisses.
Les sentiers murmurés, usurpés, nés de la magie des pollens, semblent se perdre dans une mer d’encre, si loin des murailles noires de la grande bâtisse.
Les mille itinéraires, masqués par l’artifice, s’estompent doucement, dans les larmes iodées de nos grands yeux hagards, si loin des dernières merveilles, engluées à leurs tours dans nos ultimes chimères.
Coups feutrés, alchimie des contraintes, calfeutrés dans les replis soyeux et sombres des alcôves, ils continuent de mener leurs pièces de glaise, sur le grand échiquier de nos tristes incertitudes.
Malhabiles girouettes, pantins de naphtaline, les pendus hurlent encore dans les vals lugubres des damnés de l’Harmonde, et les troupes mortifères se massent vers les fières citadelles.

Qui vomira donc sa bile le premier ?

Les barons d’Urguemand dressent en hâte leurs derniers fantassins, fantoches marionnettes des desseins des puissants, qui se jettent dans les affres insondables de nos terrifiants sacrifices.

Terres veuves, le noir vous va si bien, alors que se fend l’étrange carapace, et que les vents se déchainent jusqu’à l’île des dames.

Forgez vos fers d’albâtre, rompez vos chaînes rouillées, brebis égarées, le vent claque dans les voiles de vos mansuétudes raisonnées.

De partout pleurent les suppliciés, la grande armée est déjà morte, peut être qu’il est trop tard, mais ELLE sourit encore, le regard vide de ses prunelles pales, semble se perdre dans les reflets glacés de la pierre dodécaédrique.

Qui saura encore mener les armées en déroute ?
Le glas pleure des cloches désuètes, et les vieilles chapelles sonnent un hallali peut être trop féroce.

Mais par delà les sombres halliers, la vieille tour ébranlée cède dans un ultime soupir, jetant la fange putride sur les rides nouvelles des grands chefs de guerre.

Tremblez mortels, le Centresprit n’est plus qu’un vase vide, alors que tombe doucement le linceul de la vieille cape usée.

Les loups affamés sortent des bois noirs, flammes infernales qui déferlent en meutes ordonnées, chevaux putréfiés, les hordes assassines vous cinglent bien trop fort, que vous traversiez si vite les plaines déliquescentes.

Agone agonise, et déjà les légions mortifères déferlent sur vos songes.

Qui viendra vous livrer
En pâture aux damnés ?

Demain ne sera plus
Que triste déconvenue

Et l’Harmonde, saccagé
Pleurera ses nouveau-nés !

Alliances impies, qui malmènent
Les derniers bastions de vos peines

A trop user de connivences
Il fallait bien porter sentences

La lame s’enfonce, le couperet tombe
Et demain, j’irai cracher sur vos tombes …

ELLE sourit toujours,
Ce n’est peut être pas le jour

Mais les derniers sacerdoces
Ne laissent pas que des tas d’os.

Et demain se reconstruit
Sur vos erreurs d’aujourd’hui

_________________
Le rêve est la raison d'un seul
La réalité est la folie de tous


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 30 Avr 2008, 10:04 
Hors-ligne
Auteur SJ
Auteur SJ
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Juin 2005, 18:19
Messages: 547
si jamais un jour mes inspirés sont fatigués de se battre contre la Menace, je leur lirais ce texte, ils courront se battre !! :)

_________________
Image Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  

Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 2 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
cron