slagg

Nous sommes actuellement le 22 Juin 2021, 10:49

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 5 messages ] 

Le chant de Forombre - Acte I


Auteur Message
 Sujet du message: Le chant de Forombre - Acte I
MessagePublié: 21 Avr 2007, 06:30 
Hors-ligne
Auteur SJ
Auteur SJ
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Avr 2004, 08:13
Messages: 507
LE CHANT DE FOROMBRE

PERSONNAGES
ELEANE D’ARCANDE : fille cadette du Comte d’Arcande
DIOUNE : la jeune servante d’Eléane
BERNAND D’ARCANDE : frère aîné d’Eléane
NYSSINE : fée noire
ABZAC : démon ambré

PREMIER ACTE
Epoque : 985 après l’Eclipse.
Lieu : château des Arcandes dans l’Empire d’Armgarde (sud-ouest de l’actuel royaume de Janrénie).
Une chambre de femme située dans la tour d’un château-fort. On y trouve un lit à baldaquin, une coiffeuse, une causeuse ainsi qu’une psyché et plusieurs coffres pour ranger les vêtements. La seule porte se trouve à main droite, à l’extrémité de la pièce. Quelques chandeliers éclairent la totalité de la pièce, à l’exception d’un coin plongé dans une ombre insondable.
Par la fenêtre étroite, on aperçoit une puissante chaîne de montagnes toute proche. C’est une nuit estivale de pleine lune, le ciel est dégagé.

Scène I
ELEANE, DIOUNE

ELEANE, assise à sa coiffeuse en grande robe de mariage
Hélas ! Voici donc venu le jour de malheur entre tous, qui va me voir épouser un homme que je ne connais pas plus qu’il ne me connaît et qui a presque l’âge de mon père. Au lieu de mariage, on devrait parler de cette cérémonie comme d’une simple transaction puisque je ne suis ici qu’une marchandise que l’on échange contre la promesse d’une alliance dans la guerre qui s’annonce. Je suis heureuse que ma mère ait rejoint les dieux, ainsi elle ne verra pas sa fille vendue au plus offrant comme une pouliche à la foire.
DIOUNE, en train de coiffer sa maîtresse
Peut-être votre futur mari se montrera-t-il doux et attentionné.
ELEANE
Il a étranglé sa première femme !
DIOUNE
Elle l’avait cocufié avec un valet…
ELEANE
Et fait écarteler la seconde !
DIOUNE
Elle ne pouvait pas lui donner de descendance…
ELEANE
Et que me ferait-il à moi, s’il se rendait compte que je porte déjà un enfant ?
DIOUNE
Ne craignez rien, madame. Cela ne se voit pas pour l’instant et lorsque votre ventre s’arrondira, vous pourrez lui affirmer que c’est de son enfant qu’il s’agit.
ELEANE
Les dieux sont témoins que si j’en avais le courage, je me tuerais plutôt que d’épouser ce monstre de Baron. A dire vrai, les hommes sont tous des porcs et mon frère est le pire d’entre eux. Qu’ils soient tous maudits !
DIOUNE, chuchotant en regardant vers la porte
Chut… Tenez votre langue, madame. Si quelqu’un vous entendait…
ELEANE
Oh ! Ce ne serait pas la première fois que mon père me giflerait. J’ai l’habitude.
DIOUNE
Ce n’est pas une raison pour risquer pareille punition le soir de vos noces. Essayer de voir le bon côté des choses : demain, vous quitterez ce château avec votre mari pour ne plus jamais y revenir.
ELEANE
Tu es bien naïve ! Je quitterai ce château-ci pour en gagner un autre. Je ne fais que quitter la prison parentale pour la prison maritale. Apprends que je ne me fais plus d’illusion sur mon sort depuis bien longtemps. Si les femmes heureuses existent, je ne fais pas partie de leur nombre. Mon destin est d’être l’ombre des hommes qui sont mes maîtres. Rien de plus.
DIOUNE
Je ne vous avais jamais connue aussi sombre.
ELEANE
Parce que je n’ai jamais été aussi malheureuse.
DIOUNE, ayant fini son ouvrage et regardant sa maîtresse dans le miroir de la coiffeuse
Voilà ! A présent vous êtes la plus belle des mariées que l’on conduira à l’autel.
ELEANE
Je préférerais être la plus belle des mortes que l’on conduira au tombeau.

Scène II
Les Mêmes, BERNAND

BERNAND entre
BERNAND, d’une voix mécontente
Eh bien, ma sœur ! Etes-vous enfin visible ? Votre futur époux s’impatiente !
ELEANE
Pas moi.
BERNAND, s’approche vivement de sa sœur
Il suffit ! Je vous ordonne de vous taire !
ELEANE, se levant et défiant son frère du regard
Comme ce jour maudit entre tous où vous m’avez prise de force ?
BERNAND, rouge de colère
Silence, femme !
A DIOUNE
Dehors !
DIOUNE quitte la chambre en baissant servilement la tête. BERNAND reprend
Attention, Eléane ! Si jamais tu oses répéter cela devant qui que ce soit, je sévirai !
ELEANE
Me tueras-tu ou me violeras-tu une seconde fois ?
BERNAND, la raillant et effleurant sa joue de la main
Je sais bien qu’aucun de ces choix ne te ferait souffrir.
Il redevient plus sérieux avant de poursuivre
Je suis plus intelligent que tu ne le crois, petite sœur ! Gare à ta langue sinon, après ton départ, il pourrait arriver de désagréables choses à la servante que tu apprécies tant !
ELEANE
Infâme pourceau ! Savoir que nous avons eu la même mère me dégoutte ! Et savoir que je porte ton enfant me révulse encore plus, si cela est possible !
BERNAND
Tu conviendras qu’il est préférable que ton mari ignore ton état.
ELEANE
Il ferait la guerre à notre famille s’il l’apprenait.
BERNAND
Il te tuerait d’abord ou bien c’est moi qui le ferait ! Et ton enfant mourrait avec toi !
ELEANE
Si ma conscience était aussi vaporeuse que la tienne et que celle de père, je chanterais la vérité à tue-tête en descendant le grand escalier. Tous les invités de cette farce apprendraient ainsi qui sont réellement les ARCANDE. Malheureusement, je ne peux me résoudre à condamner l’enfant qui grandit dans mon ventre à la mort, même si j’aspire de tout mon cœur à ce sort.
BERNAND
Sensiblerie féminine ! Voilà, entre autres, ce qui rend les femmes faibles et incapables de gouverner quoi que ce soit ! Assez discuté maintenant, je te conduis à l’autel.
Il la prend par le poignet et l’entraîne vers la porte. Soudain, venant de la fenêtre, un air de flûte se fait entendre et BERNAND s’immobilise
Qu’est-ce que cela ?
BERNAND lâche alors ELEANE, fait quelques pas en arrière et s’effondre comme une masse. Le silence revient. ELEANE, stupéfaite, regarde son frère qui se trouve à ses pieds puis la fenêtre d’où provenait la musique. Une ombre passe devant l’ouverture de la fenêtre et ELEANE pousse un cri de surprise

Scène III
Les Mêmes, NYSSINE

NYSSINE se pose sur le bord de la fenêtre. Elle tient une petite flûte en argent
ELEANE
Nyssine !
NYSSINE
Bien le bonsoir, jeune Eléane. Que je suis contente de vous retrouver ! Comme promis, me voici à vos côtés pour vous apporter aide et conseil.
ELEANE
Oh ! Vous étiez partie depuis si longtemps que je n’espérais plus vous revoir.
NYSSINE
De nombreux détails concernant notre projet réclamaient mon attention. Apprenant votre mariage prochain, je suis venue aussi vite que mes pauvres ailes fatiguées me le permettaient. Grâce à la déesse et à ses serviteurs, j’ai pu arriver à temps, il me semble.
ELEANE
Juste à temps en effet.
Elle regarde son frère étendu à ses pieds
Est-il mort ?
NYSSINE
Non. Juste inconscient.
ELEANE, d’un ton haineux
Dommage !
NYSSINE
Patience. Je t’assure qu’il ne verra pas le matin…
ELEANE, reportant son regard sur NYSSINE
Est-ce donc la grande nuit que nous attendions tant ?
NYSSINE
Son sourire prend forme et s’élargit tout au long de sa réplique
Oui ! Le temps de ta vengeance est venu. Demain, tu seras débarrassée de ton père et du reste de ta famille. Quant à ton futur mari, il ne sera qu’un jouet entre nos mains.
ELEANE
Ah ! Est-il sentiment plus doux que de savoir que ceux qui vous ont fait souffrir vont souffrir à leur tour ?
NYSSINE
Oh non ! Rien de plus doux que la haine qui s’exprime. Comme le bon vin, la haine se bonifie avec le temps, devenant à la fois plus vive à supporter et plus voluptueuse à concrétiser.
ELEANE,
Elle s’approche tout doucement de la fenêtre tout en parlant d’une voix faible
Petite mère, il faut que je vous dise : d’horribles choses se sont déroulées durant votre absence.
NYSSINE, d’une voix compatissante
Je sais, ma chère petite, je sais. J’étais à la fenêtre lorsque vous « discutiez » avec votre frère. Je suis désolé de ne pas avoir été là pour vous protéger de son détestable vice.
ELEANE, soudain au bord des larmes
NYSSINE prend sa main avec tendresse

C’était ignoble ! Comment a-t-il osé me faire subir cet outrage ? Moi, sa propre sœur ? Je savais n’être qu’un objet à ses yeux, mais de là à…
Elle regarde son frère
Je prie pour que la déesse lui réserve la plus abominable des fins.
NYSSINE
Fin qui sera celle de votre choix, Eléane, car mes enfants l’épargneront pour le laisser à votre merci. Ainsi pourrez-vous lui administrer le châtiment qu’il mérite.
ELEANE, regardant à nouveau NYSSINE
M’offrirez-vous vraiment ce plaisir, petite mère ?
NYSSINE,
Mais bien sûr, ma fille.
A part
Je me demande comment réagirait cette jeune écervelée si elle savait que je contrôle son frère depuis de longs mois grâce à l’Accord ?
Tout haut
Je ferai tout pour votre bonheur… et celui de votre enfant, naturellement.
A part
Oh oui ! Surtout pour lui. Cela fait longtemps que j’attends cet évènement. Sa naissance annonce une ère nouvelle. L’ère de la nuit éternelle.
ELEANE
Ce jour, que je croyais devoir être le plus sombre de mon existence, deviendra donc le plus beau de ma vie. Grâce à vous, petite mère ! Que la déesse vous bénisse !
NYSSINE
Tout ira à présent pour le mieux. Et avec votre enfant, nous formerons tous trois une vraie famille.
ELEANE
Une vraie famille… Je n’ai jamais su ce que cela voulait dire.
NYSSINE
Vous l’apprendrez plus vite que vous ne le croyez.
ELEANE
Comment vous remercier de tous vos bienfaits ?
NYSSINE
Ma fille, je vous apporte mon aide sans la moindre volonté de reconnaissance. Je vous l’ai déjà dit : mon seul souci est que vous soyez heureuse. Réjouissez-vous de l’avenir, car le chemin que vous arpentez vous amènera sous peu à gouverner un vaste domaine. Plus personne ne décidera à votre place. Vous serez la seule à choisir votre destin et celui de votre enfant.
ELEANE,
Enfin libre !
NYSSINE
A part
Libre de me servir.
Tout haut
Le mariage célébré, montez dans cette chambre avec votre époux. Je vous y attendrai pour m’occuper de son cas. Ceci réglé, nous pourrons nous atteler à notre tâche principale. Seule cette pièce représentera un refuge sûr une fois l’attaque déclenchée.
ELEANE
Par la déesse ! J’allais oublier ma servante ! C’est ma seule amie et elle est innocente du mal que l’on m’a fait. Pouvez-vous l’épargner ?
NYSSINE
Votre amie est mon amie. Sa présence dans cette chambre lui assurera la vie sauve.
ELEANE
Tout est parfait alors.
NYSSINE
Presque, car il vous reste une dernière chose à accomplir.
Elle se tourne vers le coin de la chambre plongé dans le noir
Abzac ! Sors de ta cachette.

Scène IV
Les Mêmes, ABZAC

ABZAC sort de l’ombre et s’incline devant la fée noire. Ses mains griffues enserrent un bloc de pierre noire aux contours déchiquetés
ELEANE
Petite mère, est-ce là la fameuse pierre dont vous m’avez si souvent parlé ?
NYSSINE
C’est bien elle.
ELEANE
Elle n’a pas l’air de renfermer un pouvoir aussi grand et terrible que vous l’avez dit.
NYSSINE
Ne vous fiez pas aux apparences, jeune Eléane. Cette roche brute sera un jour travaillé par un être exceptionnel qui révélera toute sa puissance. Et ce jour-là, le monde des hommes s’effondrera.
ELEANE
Suis-je cet être ? Suis-je celle qui libérera l’Harmonde du joug des hommes ?
NYSSINE, qui sourit après avoir un instant posé les yeux sur le ventre d’Eléane
En quelque sorte. Oui… En quelque sorte…
ELEANE,
Que dois-je faire ?
NYSSINE
Elle sort une aiguillette de sous sa robe noire et la tend à Eléane
Piquez l’extrémité d’un de vos doigts avec ceci, faite coulez un peu de votre sang sur la pierre et répétez les paroles que je vous ai apprises.
ELEANE s’exécute et pose sa main sur la pierre que lui tend le démon
ELEANE
L'ombre est mon abri,
L'obscurité ma forteresse.
Et le ciel noir de la nuit,
Est pour moi une douce caresse.
Qu'importe le temps,
Qu'importe qui je suis,
Noir est mon sang,
Et la mort, ma seule amie.
NYSSINE
Maintenant, tout est vraiment parfait.
Elle porte sa flûte aux lèvres et joue quelques notes. BERNAND s’éveille et se remet debout. Il semble absent et n’être qu’un pantin. Elle s’adresse à lui d’un ton sec
Vous allez escorter votre sœur jusqu’à son futur mari. Vous vous comporterez décemment avec elle et ne lui parlerez que si c’est nécessaire. A la fin de la cérémonie, quittez les convives et revenez ici sans tarder.
BERNAND prend la main d’ELEANE
A ELEANE

Allez, ma fille. Allez vers votre destin.
ELEANE
J’y cours.
BERNAND et ELEANE sortent

Scène V
NYSSINE, ABZAC

NYSSINE,
Cette petite est décidément plus facile à manipuler qu’un opalin. Le Maître du Semblant a enfanté des créatures véritablement pathétiques. Sans ses manigances pour écarter les Saisons et sa sombre fille, cela fait une éternité que l’Harmonde appartiendrait à ceux qui le méritent.
ABZAC
Quels sont vos ordres, Maîtresse ?
NYSSINE
Mets la pierre en sécurité et dispose ta légion comme convenu. Dès que j’en donnerai l’ordre, tu donneras l’assaut. Ne laisse aucun survivant à l’exception de ceux qui se trouveront dans cette pièce.
ABZAC
Il sera fait ainsi que vous l’ordonnez.
NYSSINE
J’y compte bien, Abzac. Pour la plus grande gloire de l’Ombre, j’y compte bien…


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Avr 2007, 13:09 
Hors-ligne
Safran
Safran

Inscription: 18 Sep 2004, 10:55
Messages: 71
Localisation: Manhay, Ardennes belges
Je n'ai encore lu qu'en petites diagonales...

Juste un truc, un détail en passant : le terme "petite mère", je l'ai déjà lu dans "la Princesse Maleine" de Maeterlinck. Une réminiscence ?

_________________
Ils sont mille, on est deux... On les encercle !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 21 Avr 2007, 20:44 
Hors-ligne
Auteur SJ
Auteur SJ
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Avr 2004, 08:13
Messages: 507
Kerwen a écrit:
Juste un truc, un détail en passant : le terme "petite mère", je l'ai déjà lu dans "la Princesse Maleine" de Maeterlinck. Une réminiscence ?

Non. Je n'ai pas lu ce livre. C'est sorti de mon imagination tordue :lol:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 22 Avr 2007, 19:58 
Hors-ligne
Safran
Safran

Inscription: 18 Sep 2004, 10:55
Messages: 71
Localisation: Manhay, Ardennes belges
Oh, mais je ne suggérais pas la plagiat, hein !

C'est juste que j'ai une lourde tendance à l'intertextualité quand j'écris un truc :wink:

_________________
Ils sont mille, on est deux... On les encercle !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 02 Juil 2009, 14:17 
Hors-ligne
Safran
Safran

Inscription: 19 Avr 2009, 12:27
Messages: 69
Localisation: Carcassonne
magnifique cette pièce Encelant ! Pourtant dieu sait à quel point l'exercice du théâtre peut être difficile !
vraiment chapeau bas mon cher, je me délecte et vais de ce pas lire la suite ! :)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  

Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 5 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
cron