slagg

Nous sommes actuellement le 26 Nov 2020, 22:22

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 2 messages ] 

Qques questions...


Auteur Message
 Sujet du message: Qques questions...
MessagePublié: 04 Avr 2005, 02:21 
Hors-ligne
Opalin
Opalin

Inscription: 04 Avr 2005, 00:34
Messages: 1
Bonjour Mathieu:)

Après avoir longuement hésité devant mon écran - je post, je post pas...- je me décide enfin à te poser qques questions, entre curiosité personnelle et besoin d'éclaircissement pour mon mémoire ... Je m'explique: je suis étudiante en littérature comparée et je travaille sur les traces et perversions du modèle épique, en gros de la fin du romantisme jusqu'à nos jours. Et, comme je voulais inclure à la fois l'heroic fantasy et le jeu de rôle à cette étude, j'ai tout naturellement choisi dans mes oeuvres principales le 1er univers de rôle qui m'a fait rêver, celui des Mondes Crépusculaires ( autant lier l'utile à l'agréable :D)
Enfin bon bref, passons à l'essentiel, voici quelques-unes des questions qui me taraudent:

- As-tu écrit ce roman pour lui-même, roman clos et fini, ou bien la perspective du Jeu de rôle est-elle dominante? Ecrire pour "offrir" un monde d'abord au rôliste ou au lecteur?

- Comment, du point de vue de l'auteur, envisages-tu le fait que l'univers que tu as créé "t'échappe" en quelque sorte, puisque chaque MJ va interpréter le monde à sa façon, le faire vivre, le faire évoluer aussi...?

- On parle du "cycle" des Crépusculaires, est-ce que l'idée t'es venue dès le début de créer un véritable univers, et de le décliner en plusieurs romans?

- Tu as dis (je ne sais plus vraiment où je l'ai lu par contre :oops: )dans une interview que "la mythologie t'ennuyait"... Pour quelles raisons? C'est le plan "divin" qui t'ennuie, la croyance en elle-même? Tu préfères le "plan humain"?

- Tu accordes une grande importance à l'art dans tes romans, et en particulier dans les Mondes Crépusculaires, puisqu'il est source de magie. La figure de l'artiste pourrait-elle se substituer, à travers une certaine "quète d'absolu", à celle des dieux, que tu sembles ne pas aimer représenter?

- Selon toi, l'heroic fantasy est-elle est une "fuite" dans l'imaginaire le plus total? Quels liens garde-elle avec le monde réel ( le dénie-t-elle forcement?)?

- Une dernière question toute personnelle et utopique ( enfin pas tant que ça j'espère :p) : Agone en mmorpg, un jour, c'est possible tu crois? Rhhhaaa ce serait bonheur:D

Voili voilou, c'est fini j'arrête mes questions :)
En tous cas merci, merci pour les heures de lecture et de rôle passées dans les recoins de l'Harmonde, dans les ruelles d'Abyme...

Cordialement, Lyse


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 15 Avr 2005, 09:24 
Salut Lyse,

Quelques réponses à tes questions.
Bon courage pour tes travaux :)

Sincèrement

Mathieu G.


- As-tu écrit ce roman pour lui-même, roman clos et fini, ou bien la perspective du Jeu de rôle est-elle dominante? Ecrire pour "offrir" un monde d'abord au rôliste ou au lecteur?

Pour les Crépusculaires, je n’ai jamais eu en tête la perspective d’un jeu de rôle à l’époque où le roman a vu le jour. En revanche, je crois sincèrement que j’écris à l’attention du lecteur ET du rôliste.
Le fait d’avoir été moi-même rôliste n’est pas étranger à cette approche. J’ai déjà eu l’occasion de préciser combien il m’importe de jouer le rôle de « passeur ». Il est essentiel, à mes yeux, que mes histoires stimulent l’imagination du lecteur/rôliste. Précisément parce qu’il existe un rôliste latent en chacun de nous, autrement dit une petite usine à rêve capable d’habiter l’histoire et surtout l’univers.
J’ai évoqué plusieurs fois ces ombres et silences qu’un roman fantastique se doit de préserver, ces lieux, ces ambiances et ces personnages effleurés qu’un lecteur/rôliste peut habiter. J’ai toujours conçu l’imaginaire au sens large comme un grand fleuve synergique sur lequel chacun embarque pour faire un bout de chemin et y laisser son sillage. Je n’aime pas les imaginaires cristallisés. J’aime les mondes fertiles.

- Comment, du point de vue de l'auteur, envisages-tu le fait que l'univers que tu as créé "t'échappe" en quelque sorte, puisque chaque MJ va interpréter le monde à sa façon, le faire vivre, le faire évoluer aussi...?

Certes, il y a toujours un petit pincement à l’idée que l’univers se démultiplie mais en réalité, j’aurais beau jeu de m’en plaindre. C’est ni plus ni moins la transmission d’un rêve, la sensation qu’il va vivre bien au-delà des limites de mon imaginaire. Quel bonheur, non ? Il est évident qu’un univers complet ne peut être synthétisé par une seule et même personne. Je n’y crois pas, personnellement. Un univers riche, c’est un partage autour de quelques idées fortes.

- On parle du "cycle" des Crépusculaires, est-ce que l'idée t'es venue dès le début de créer un véritable univers, et de le décliner en plusieurs romans?

Non, au départ, il ne s’agissait que d’un roman sur le collège du Souffre-Jour. Pas même un cycle ou un véritable univers. C’est étrange, d’ailleurs. A l’origine, l’histoire ne devait pas avoir de suite. Et pourtant, lorsque j’ai écris les Danseurs de Lorgol, la suite s’est imposée très naturellement. Avec le recul, je crois que le Souffre-Jour contenait dès le début mes envies plus ou moins avouées de créer un univers de fantasy « différent ».


- Tu as dis (je ne sais plus vraiment où je l'ai lu par contre )dans une interview que "la mythologie t'ennuyait"... Pour quelles raisons? C'est le plan "divin" qui t'ennuie, la croyance en elle-même? Tu préfères le "plan humain"?

Le plan « divin » m’indiffère dans sa dimension omnisciente. Alors oui, le divin rime par définition avec un symbolisme « humain » mais je crois, moi, à une fantasy de proximité, quelque chose qui nous ramène à la chair, au vivant, aux petits détails qui ne brassent pas les mythes et leurs abstractions.

- Tu accordes une grande importance à l'art dans tes romans, et en particulier dans les Mondes Crépusculaires, puisqu'il est source de magie. La figure de l'artiste pourrait-elle se substituer, à travers une certaine "quète d'absolu", à celle des dieux, que tu sembles ne pas aimer représenter?

Je n’y avais jamais pensé. C’est peut être vrai, oui. L’artiste incarne la sensibilité. Je préfère les sensibles aux croyants.

- Selon toi, l'heroic fantasy est-elle est une "fuite" dans l'imaginaire le plus total? Quels liens garde-elle avec le monde réel ( le dénie-t-elle forcement?)?

L’heoric fantasy a tout juste tendance à nous rappeler ce qu’était la magie de l’enfance. Je ne crois pas, en revanche, qu’elle dénie le réel. Au contraire, elle s’en inspire et le déforme pour le rendre moins douloureux. Ce n’est pas une fuite mais plutôt un remède ^^

- Une dernière question toute personnelle et utopique ( enfin pas tant que ça j'espère :p) : Agone en mmorpg, un jour, c'est possible tu crois? Rhhhaaa ce serait bonheur:D

Ce serait fort sympathique. Je vais en parler aux développeurs de Blizzard 


Haut
  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Modérateur: Mathieu G.

Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 2 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
cron