slagg

Nous sommes actuellement le 26 Nov 2020, 23:54

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 15 messages ] 

érotisme


Auteur Message
 Sujet du message: érotisme
MessagePublié: 04 Jan 2005, 15:36 
Hors-ligne
Saphirin
Saphirin

Inscription: 31 Août 2004, 09:29
Messages: 35
Localisation: Paris
Bonjour Mathieu,

je m'étonnais récemment de la quasi-absence d'érotisme dans tes romans. Serais-tu prude ou est-ce une censure que l'on t'impose ?

Peut-être ma constatation est-elle erronée. Dans ce cas, si quelqu’un pouvait avoir l’obligeance de fournir quelques passages qui infirment mon postulat, je lui en serai gré.

Cordialement,

EP

_________________
Par un de ces matins gelés où les brumes vaporeuses rampent sous les bosquets, dans la clarté diaphane d'un soleil hivernal je l'ai aperçue, cette fée, aussi belle qu'une ondée, glissant sur les eaux, sans vagues ni remous ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 04 Jan 2005, 22:10 
Hors-ligne
L'Ombre
L'Ombre
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Sep 2004, 20:34
Messages: 2378
Localisation: Agen
Kikou

Il me semble que dans Abyme, Maspalio doit faire l'amour avec 13 soueurs samoises en même temps. Ce n'est pas décrit plus avant, mais le "suggéré" est éloquant! :D

_________________
T'as peur dans le noir??


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: mea maxima culpa
MessagePublié: 05 Jan 2005, 10:49 
Hors-ligne
Saphirin
Saphirin

Inscription: 31 Août 2004, 09:29
Messages: 35
Localisation: Paris
C'est vrai, j'avais dû occulter cette scène.

Du coup, on passe à des passage assez neutres en terme de sensualité (si on oublie Scende qui se contente d'émoustiller le jeune Januel ou sa mère -celle de januel- qui faisait office de catin) à des récits orgiaques ou les corps se mélangent au mépris le plus total des sentiments humains.
Dans le contexte d'une cité décadente -apocalyptique presque- comme Abîme je conçois aisément la chose.

Mais globalement, les coups de sang du lecteur sont quand même induits par des batailles, du suspens, de la peur, mais finalement assez peu par le sentiment amoureux sous sa forme la plus sévère. Comme je fais peut-être encore fausse route et que mon jugement est probablement prématuré, j'attends les remarques, critiques et avis en tout genre avec impatience.

Votre très dévoué,

EP

_________________
Par un de ces matins gelés où les brumes vaporeuses rampent sous les bosquets, dans la clarté diaphane d'un soleil hivernal je l'ai aperçue, cette fée, aussi belle qu'une ondée, glissant sur les eaux, sans vagues ni remous ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: érotisme
MessagePublié: 05 Jan 2005, 19:35 
Salut Eric,

C'est peut-être de la pudeur mais aussi et surtout la sensation de ne rien pouvoir dire de mieux en la matière.
J'ai toujours eu l'impression que l'érotisme était de trop en heoric-fantasy. L'âge aidant, je constate que c'est idiot mais j'en garde une réelle maladresse dès lors qu'il s'agit d'aborder le sexe ou même le sentiment amoureux.
Je ne sais pas... sans doute faut-il être plus simple. En tout cas, décrire une scène de sexe ne m'intéresse guère. Pour Maspalio, elle ne servait que mon propos et j'ai pris garde de ne rien décrire.
En fin de compte, écrire sur l'érotisme est un art que je ne maîtrise pas et qui, jusqu'ici, ne ma pas intéressé. Dans une littérature de fantasy, j'entends.
Mais le temps passe... et, là, juste devant ce nouveau roman qui m'attend, je me sens plus à même d'en parler.
Une histoire de maturité, sans doute. Parler du sexe, c'est exposé quelque chose d'intime. Pour lui donner de la valeur, il faut être un minimum subtil.
Je vais essayer ;)

Amicalement

Mathieu.


Haut
  
 
 Sujet du message: tant mieux
MessagePublié: 07 Jan 2005, 11:35 
Hors-ligne
Saphirin
Saphirin

Inscription: 31 Août 2004, 09:29
Messages: 35
Localisation: Paris
Bonjour Mathieu,

Je sais que tu es capable de beaucoup de subtilité... :wink:

Personnellement, je trouve que le principal intérêt d’écrire de la fantasy, c’est de pouvoir y mettre un peu de l’enfant que l’on a été. C’est l’enfant qui s’émerveille, qui a peur, qui croit au merveilleux, aux mondes peuplés de fées et de lutins. Sauf qu’à la différence des contes pour enfants, la fantasy s’adresse aux enfants tapis dans les adultes que nous sommes. Car il faut une certaine maturité pour apprécier ces carnages sanglants, ces machinations politiques à grande échelle ou encore, ne serait-ce que comprendre toute la finesse d’un monde à travers ses règles sociales (et magiques) et ses subtilités qui font que le rêve devient vraisemblable, un possible dans un autre ailleurs.

Pour cette raison, c’est vrai que l’introduction –pardonnes moi le terme- de la sexualité dans la fantasy ne va pas de soi.

Cependant, si les bras chéris de notre maman nous apaisent encore et que la découverte d’une fée fait jaillir des sentiments de pureté, nous ne pouvons nier la part d’adulte qui nous habite.
La mort n’est plus uniquement la peur de perdre le cocon familial qui nous pétrit d’amour, c'est-à-dire qu’au delà de cette peur, elle est la prise de conscience (et moi, j’espère que je ne suis pas trop prise de tête) de notre propre mortalité. De même, la fée ou l’elfe aux cheveux dorés s’oppose aux formes généreuses de la maternité et propose un aspect peut-être plus sensuel de la femme. Les combats sanglants qui avaient la saveur des batailles de notre enfance dans la cour de récréation, sont aussi le pendant des joutes des mâles en rut à la saison des chaleurs, quand les cornes des béliers s’entrechoquent avec la même ferveur que les lames de nos guerriers préférés.
On voit bien que la passerelle est mince entre la délicate tendresse de l’enfant ingénu et la pulsion de mort et de vie qui dicte les moments forts d’un adulte. Comme je suis convaincu que l’on traîne tous nos oripeaux de vie, que l’on est à la fois enfant, adolescent, adulte et vieillard pour certains, la fantasy doit, à mon sens, jouer sur chacun de ses tableaux.

Comme tu es bourré de talent et que tu n’as pas ton pareil pour créer des scènes aussi allégoriques que mirifiques, je sais que tu nous délivreras un jour un peu de cette intimité ; en tout cas, quelque chose d’à la fois plus poétique que les films italiens du dimanche soir sur la 6, et de moins mielleux que Amour, Gloire et Beauté ou les bonbons roses de Barbara Cartland.

Tendrement…euh…cordialement,

Eric

_________________
Par un de ces matins gelés où les brumes vaporeuses rampent sous les bosquets, dans la clarté diaphane d'un soleil hivernal je l'ai aperçue, cette fée, aussi belle qu'une ondée, glissant sur les eaux, sans vagues ni remous ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Jan 2005, 20:30 
Hors-ligne
Opalin
Opalin

Inscription: 16 Nov 2004, 23:01
Messages: 4
Allez, je m'autorise une remarque sexiste dans le débat :twisted:
Il est tout de même amusant de voir que les garçons sont plus à l'aise dans l'expression crue de leurs sentiments en matière de sexualité dès lors que le taux ambiant de testostérone est élevé (autrement dit dans une conversation de mecs sur les filles), et tout à fait mal à l'aise dans l'expression de leurs sentiments amoureux( soit par écrit soit en face de leur bien aimée...)... :roll: :wink:

Bon, cette vilaine pique passée (et elle ne concerne heureusement pas la majorité des garçons), il est vrai que l'exposition de certains sentiments intimes doit être difficile...Permets-moi Mathieu, d'émettre une suggestion : faire comme ces comédiens qui s'immergent dans leur rôle et différencient leur réalité de l'oeuvre (en y mettant malgré tout une part d'eux-mêmes).

En tout cas, bon courage et tiens bon, je ne suis pas la seule à attendre le prochain ouvrage! :wink:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Jan 2005, 22:20 
Hors-ligne
Azurin
Azurin

Inscription: 31 Août 2004, 12:38
Messages: 16
Mais ai-je bien lu Mathieu, tu parles d'une prochaine oeuvre ??? :D :D

Qu'est ce donc que ceci ?

Geoffrey, la fouine lol.

_________________
Si la guerre est intolerable dans le monde réel, elle est importante dans l'eroic fantasy, car personne n'y meurt vraiment :)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Jan 2005, 20:24 
coucou,

pour répondre à la question du post, si je me rappele bien, dans les chroniques des feals, il y a une petite scène "érotique" entre le personnage principal et une autre personne (je dis rien pour ceux qui ont pas lu)

et dans abyme oui Maspalio et les 13 mais pas de descriptions crues du sujet :lol:

voilààà

Didier


Haut
  
 
 Sujet du message: freud quand tu nous tiens
MessagePublié: 05 Mai 2005, 00:56 
Bonjour tout le monde.
Puis-je me permettre de vous faire partager mon point de vue sur le sujet?
En effet je trouve que l'érotisme aurait sa place dans Abyme, les moeurs de ses habitants permettraient même les situations les plus farfelues (amis imaginatifs, à vos crayons)
Je dirais qu'il n'est pas nécessaire d'en faire des chapitres pour comprendre que cette ville génére des abus illimités, quelque soit le sujet.
Maintenant je partage le point de vue de Eric. Le sexe, et la mort sont intimement liés, papa Freud nous l'a bien souvent répété et j'en suis personnellement convaincue, et peut-être que quelques scènes érotiques bien placées augmenteraient l'intensité des émotions du lecteur, parceque ces scènes sont forte et qu'elles générent des images et des réactions viscérales qui nous emportent. C'est tout autant le cas dans la scène de renaissance du phénix des origines, j'y vois, et c'est peut-être pure interprêtation de ma part, une symbolique de l'amou, mais aussi du désir! Le corps de Januel ne brûle t-il pas d'une fièvre, n'est-il pas possédé par le fiel. Le fiel n'est-il pas une pulsion primaire qui enflame, déchaine.
Ce n'est pas que de la destruction ou de la rage, il y a aussi de la fusion. Et le sexe, qu'est-ce si ce n'est une pulsion de fusion? Se fondre en l'autre, se mêler à l'autre?

Je suis persuadée que cet aspect complèterait à merveille le penchant que tu as, Matthieu, pour l'enfantement.

Affectueusement...Athénaïs.


Haut
  
 
 Sujet du message: heu...
MessagePublié: 05 Mai 2005, 09:31 
Hors-ligne
Saphirin
Saphirin

Inscription: 09 Avr 2005, 12:40
Messages: 22
Localisation: Naglimund, cité Déchue
Bonjour. Je me premet à mon tour d'exposer mon point de vue. Je partage un peu le point de vue de Mathieu. C'est à dire qu'écrivant un peu, je sais que les scènes d'amour, sans me désintéresser, ne me mettent pas à l'aise. Peu être une difficulté à faire passer des émotions, à recréer les sens. Je préfère souvent évoquer l'amour, et laisser la relation un peu floue, ou ambigüe. De plus, l'amour n'est pas quelque chose qui me passionne, préférant les intrigues ou le voyage. Personnellement, j'ai trouvé que Mathieu saupoudre juste ses récits d'un brin d'érotisme. Je trouve cela léger et frais, sans pour autant alourdir le texte.

_________________
Est-on ou semble t-on être?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 05 Mai 2005, 19:34 
Hors-ligne
Azurin
Azurin

Inscription: 31 Août 2004, 12:38
Messages: 16
On voit que Mathieu a travaillé la dessus dans Les cendres de la colere. Il a fait des progres sur le sujet.

_________________
Si la guerre est intolerable dans le monde réel, elle est importante dans l'eroic fantasy, car personne n'y meurt vraiment :)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: hum?
MessagePublié: 06 Mai 2005, 20:16 
Hors-ligne
Saphirin
Saphirin

Inscription: 09 Avr 2005, 12:40
Messages: 22
Localisation: Naglimund, cité Déchue
Dis moi donc, qu'est ce que ces Cendres de la colère? (inculte forever!)

_________________
Est-on ou semble t-on être?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Mai 2005, 09:31 
Hors-ligne
Azurin
Azurin

Inscription: 31 Août 2004, 12:38
Messages: 16
Alors pour répondre a ta question, dans la meme section du forum, il y a un topic appelé: "S'Erum Sydion Ophidien" tu trouveras toutes les infos dans ce topic.

_________________
Si la guerre est intolerable dans le monde réel, elle est importante dans l'eroic fantasy, car personne n'y meurt vraiment :)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: merci
MessagePublié: 07 Mai 2005, 14:44 
Hors-ligne
Saphirin
Saphirin

Inscription: 09 Avr 2005, 12:40
Messages: 22
Localisation: Naglimund, cité Déchue
merci à toi. Décidement tant de choses m'échappent...

_________________
Est-on ou semble t-on être?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 29 Juil 2005, 14:00 
Hors-ligne
Safran
Safran
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Avr 2004, 01:51
Messages: 89
Localisation: Jorline, Janrénie
Rachel, a écrit:
(...)
Permets-moi Mathieu, d'émettre une suggestion : faire comme ces comédiens qui s'immergent dans leur rôle et différencient leur réalité de l'oeuvre (en y mettant malgré tout une part d'eux-mêmes).
(...)
Euh... Un conteur n'est pas un comédien, de même qu'un musicien n'est pas un homme-orchestre. L'écriture révèle ta pensée, alors que le jeu d'acteur n'est qu'une interprétation... Un peu comme cette différence entre les instruments d'accompagnements, non improvisés dans la plupart du temps, et les solistes en Jazz.

En caricaturant beaucoup, il est très difficile d'écrire un lvre qui va contre tes idées (en politique par exemple) ou ton moi intérieur. Ici, il ne s'agit pas simplement de le dire avec le ton juste, mais aussi de le penser avec le ton juste. Et ça, cela devient beaucoup moins aisé.

_________________
Grise grive grise grave.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Modérateur: Mathieu G.

Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 1 sur 1
 [ 15 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre: