Abyme - Entretien avec Mathieu Gaborit
Mathieu Gaborit
 
Mathieu Gaborit
 
 
Souffre-Jour : Après les Chroniques des Crépusculaires, c'est aujourd'hui Abyme qui a droit à son lifting chez J'ai Lu. Pourrais tu nous présenter cette nouvelle version des aventures de Maspalio ?

Mathieu Gaborit : Lorsque J'ai Lu m'a proposé la réédition d'Abyme, j'ai d'abord envisagé des corrections minimes avec le souvenir que je gardais du bouquin. Au moment venu, j'ai commencé à le relire et là, j'ai eu vraiment très peur. Avec l'expérience acquise depuis ces dernières années, j'ai découvert un bouquin qui, malgré son atmosphère et ses personnages, ne tenait guère la route. J'ai pris mon courage à deux mains et j'ai décidé de reprendre l'ensemble. Cette version est une réplique de la précédente excepté pour le dernier tiers du bouquin. Je suis resté fidèle à l'histoire, bien entendu, mais j'ai décidé de réécrire la fin de manière à ce qu'elle corresponde parfaitement à ce que j'avais en tête à l'origine. A l'époque, faute de temps, j'avais rédigé la fin dans l'urgence… (une spécialité, chez moi). Je crois que cette nouvelle version présente un Maspalio tel que je l'ai toujours imaginé et c'est là l'essentiel à mes yeux.


Souffre-Jour : Pour les Chroniques des Crépusculaires, c'est (simplifions) le sentiment d'inachevé qui t'as poussé à réécrire une bonne partie du livre. Et pour Abyme ?
 
Mathieu Gaborit : La fin d'Abyme ne tient pas la route, disons-le clairement. Sur l'ensemble du bouquin, j'ai constaté de nombreux détails maladroits que je me suis efforcé de corriger. Je me suis attaché à mieux restituer l'ambiance d'Abyme, à mieux guider le lecteur à travers la cité, sur les traces de Maspalio. Le bouquin avait également besoin d'être mieux ficelé en terme d'intrigue. C'est peut-être là où j'ai le plus bossé : redonner à l'intrigue sa dimension magiqu 

 
Souffre-Jour : La plupart de tes romans abordent des thèmes, des ambiances forts différentes. Les Chroniques des Crépusculaires, baroques et épiques, répondent aux sagas plus classiques des Chroniques des Féals ou du Daemonicon, Abyme est plus policier, les Confessions d'un Automate Mangeur d'Opium plus roman d'aventure et d'enquête... Quelle est la place de Maspalio et de la Cité des Ombres dans ton oeuvre ?

Mathieu Gaborit : La place du cœur, je crois. Parce que Maspalio est un personnage que j'aime beaucoup. Un personnage d'expérience, bien moins candide qu'un Agone ou qu'un Januel. Avec ce farfadet, j'ai pu aborder l'heroic fantasy sans passer par le schémas de la quête initiatique qui, malgré tout ce qu'il peut apporter au genre, menace parfois de vous embourber dans une intrigue trop convenue.

Bien sûr, il y aussi l'ambiance citadine que j'adore explorer dans l'heroic fantasy. Je crois que la ville est un formidable terrain de création pour les auteurs.

Et, pour finir, la structure d'un polar. J'ai toujours rêvé d'écrire des romans policiers. Je n'ai pas encore suffisamment d'expérience pour m'attaquer au genre mais j'y viendrai un jour, c'est certain.

En fait, Abyme est le roman le plus personnel que j'ai pu écrire jusqu'ici. Les Crépusculaires étaient mon premier roman. Abyme, lui, est venu après et déjà, je sentais que je pouvais m'aventurer en dehors des sentiers battus de l'heroic fantasy. Que le bouquin est pu connaître le destin qu'on lui connaît m'a toujours rassuré sur le devenir de l'heroic fantasy. Il a fait la preuve, avec beaucoup d'autres, que le genre a encore de nombreux chemins à explorer.


Souffre-Jour : Multisim annonce la sortie prochaine d'un guide d'Abyme destiné tant aux rôlistes qu'aux curieux et aux amoureux de cette cité si particulière. Quelle est ta place dans ce projet ?

Mathieu Gaborit : Plus que minime. Les auteurs m'ont invité à y participer et pour différentes raisons, j'ai décliné la proposition. En tout cas, la preuve est faite qu'il n'avait aucun besoin de moi ! Franchement, de tout ce que j'ai vu jusqu'ici, ce guide est une vraie merveille. J'ai hâte de le tenir entre mes mains.


Souffre-Jour : Après ces rééditions, quels sont tes projets actuels ? Nombreux sont ceux qui attendent la suite de Bohème, ta collaboration avec J'ai Lu sera t elle l'occasion de cette suite ? A moins que de l'inédit pur et dur ne se profile à l'horizon ? :o)

Mathieu Gaborit : Je travaille actuellement sur un nouveau bouquin d'heroic fantasy qui sera sans doute publié chez Bragelonne. Ce bouquin est important pour moi. Après les Féals et surtout la réécriture d'Abyme, j'avais besoin de retrouver le goût d'un univers très personnel, quitte à prendre des risques.

J'ai toujours en préparation un Millénaires pour J'ai Lu sur lequel je travaille régulièrement.

Sur Bohème, il est vraisemblable que J'ai Lu le réédite. Il va de soi que si le projet est mené à son terme, ce sera pour moi l'occasion d'achever le cycle.

 
Souffre-Jour : Carte blanche : la question qui n'en est pas une, pour nous dire tout ce qui te passe par la tête... Tu as l'espace que tu désires, de deux mots à plusieurs pages... à ta guise !

Mathieu Gaborit : J'en profite pour saluer tous ceux qui ont fait vivre le monde des Crépusculaires, joueurs et professionnels. Pour la circonstance, mes remerciements vont tout spécialement à ceux qui ont bossé sur le supplément Abyme dans le cadre du jeu de rôle " Agone ". Dans la mesure du possible, je me suis attaché à respecter leur travail. Merci à eux. Merci à vous tous. 
 
 ---

Vous désirez réagir, vous avez des remarques, des critiques, ou bien peut-être avez-vous tout simplement envie de discuter avec d'autres lecteurs, voire avec Mathieu Gaborit lui-même ? N'hésitez pas, passez sur le forum ! 

 
draconien.png

La Gazette du satyre Alraune

Le Souffre-Jour n°7 est sorti !

Il était temps ! (haha !)

Le Souffre-Jour n°7 : Le Temps est désormais disponible sur notre site et dans vos boutiques ! Des conséquence de la Sentence de Janus qui créa le jour et la nuit aux secrets des barrages éoliens des pixies, explorez le temps de l'Harmonde avec la nouvelle équipe du Souffre-Jour !     Lire la suite