Confessions d'un automate mangeur d'opium
Index de l'article
Confessions d'un automate mangeur d'opium
Personnages
Ce que j en pense
En conclusion



Ce que j'en pense :

Les personnages :

Les deux héros forment un couple étrange, remarquablement mal assorti en apparence, qui partage pourtant une inébranlable complicité. Leur relation, parfois ambiguë, donne aux auteurs l'occasion de jouer avec talent sur les sentiments de leurs personnages.

Alors que beaucoup de romans de science-fiction privilégient l'intrigue aux personnages, Mathieu Gaborit et Fabrice Colin, sans oublier l'histoire, développent longuement leurs personnages principaux. Les personnages secondaires, en revanche, pâtissent de cette attention : ils semblent en comparaison curieusement mal lotis. Pour la plupart, ils se contentent d'être des archétypes mettant en valeur les personnalités de Margo et Théo. Ainsi Franz, l'assistant de Théo, Laurena Fleury-Gamard, l'extravagante voisine de Margo, ou Lazare, le savant fou de service au prénom prédestiné, ne sont dépeints qu'à grand traits, bien que chacun possède son histoire et sa propre personnalité.

Plus que des personnages, ils sont des vecteurs de l'ambiance de ce roman. Le seul à y échapper est un automate…

L'ambiance :

Deuxième particularité des Confessions… par rapport à nombre d'autres romans de science-fiction, les auteurs s'attachent à rendre leur Paris inoubliable. Du Champ de Mars à Métropolis (notre quartier de la Défense, mais revisité par Jules Vernes et Fritz Lang), de l'appartement de Margaret au panoptique de Théo (son lieu de travail à saint Anne), en passant par les aérocabs, Mathieu Gaborit et Fabrice Colin cultivent l'ambiance, le souci du détail qui donnera sa personnalité à ce Paris uchronique. L'Art Nouveau, les références à notre histoire et l'utilisation de personnages historiques, mineurs ou importants sont autant d'éléments qui donnent une réalité indéniable à notre capitale alternative…

Le récit :

L'alternance des styles des deux auteurs contribue de plus à donner son identité à ce roman, car le récit entier est partagé entre deux points de vue. Alternativement, Fabrice Colin et Mathieu Gaborit prennent la plume, un chapitre sur deux, Margaret et Théo se partageant de même le récit, et l'action. Que l'on ne s'y trompe pas : Margaret et Théodore mènent chacun leur enquête, parfois ensemble, souvent séparés, et lorsque l'on partage leurs pensées ce n'est que rarement pour observer les actions de l'autre… Le choix du mode subjectif, la confrontation des personnalités masculine et féminine sont autant d'atout expliquant l'atmosphère de ces pages. Jusqu'au final, où Margaret prend la parole mais Théodore l'initiative, achevant le récit en fondant les deux personnages et les deux auteurs…

L'intrigue :

Exploitant les ressources de leur univers, Fabrice Colin et Mathieu Gaborit nous font progressivement plonger dans une réalité alternative, mais curieusement proche de la nôtre. Dans une société où l'on vénère le Progrès, certains visionnaires oublient la place de l'homme… Les conséquences en sont dramatiques.
Théo et Margo en feront indirectement les frais, découvrant avec le lecteur les dessous d'une science que l'on voudrait toute puissante. Cette immersion se fait progressivement, puisque l'on nous fait partir d'éléments très proches de notre réalité : le roman commence dans un théâtre, alors que Margaret interprète la célèbre héroïne de Shakespeare (les fidèles de Fabrice Colin s'y attendaient sans doute…). Puis on découvre les merveilles de l'éther, et la culture de ce Paris alternatif. Certains s'y droguent à l'éther, les lecteurs quant à eux auront bien du mal à refermer le livre avant d'en avoir tourné la dernière page.
 
 
 
cycles-thumb.png

La Gazette du satyre Alraune

Le Souffre-Jour n°7 est sorti !

Il était temps ! (haha !)

Le Souffre-Jour n°7 : Le Temps est désormais disponible sur notre site et dans vos boutiques ! Des conséquence de la Sentence de Janus qui créa le jour et la nuit aux secrets des barrages éoliens des pixies, explorez le temps de l'Harmonde avec la nouvelle équipe du Souffre-Jour !     Lire la suite