Extraits des mémoires d'Alsaï
Index de l'article
Extraits des mémoires d'Alsaï
La tribu


2ème partie : La tribu…


Au sens le plus strict, il s'agit effectivement de tribus, bien que certains préfèrent aller au delà et évoquer les phratries qui composent ces mêmes tribus. Le dauphin m'interrogea sur ces phratries et j'en vins tout naturellement à évoquer les Licornes qui les composent, les unissent et parfois même les divisent. Une phratrie se forme dans le sillage d'un Féal, et donc d'une Licorne.

J'ai pu établir certaines comparaisons entre la valeur symbolique de la Licorne et celle des blasons qui ont cours dans nos régions. La couleur de la robe mais aussi la teinte de sa corne ainsi que sa taille, son âge, bref tous les critères que l'on jugera utile de connaître à propos d'une Licorne définiront les usages au sein d'une phratrie.

Je fournis un exemple au dauphin afin d'éclairer ce point précis et évoquai tout naturellement la phratrie dont j'avais partagé le quotidien durant près d'un an. Je me souviens parfaitement de leurs vêtements, d'une couleur égale à celle de la robe de leur Féal, un pourpre clair qui caractérisait la phratrie et présumait des accointances que ses membres entretenaient avec d'autres phratries réunies dans la même tribu.

Tout comme l'Almandin enchâssé à la base de la corne - celui-ci était couleur de miel - définissait à son tour des relations entre plusieurs familles, voir entre hommes et femmes. Les nuances de cette coutume m'échappent. Il faut être Licornéen pour en apprécier la richesse.

Lorsqu'une tribu se déplace, les Féals marchent en tête, soit une dizaine de Licornes. C'est un chiffre sans vérité. Je le tiens uniquement de mon voyage et de quelques tribus que je fus amené à croiser au cours de mon excursion. Ces Licornes sont montées par les prêtres, les Muezzin, dont les voix inégalées appellent à la prière et commandent aux Féals. Les Licornes n'obéissent qu'à leur voix dont les registres aigus et lancinants échappent à notre compréhension. Il semblerait pourtant que certaines Larmes du désert, rares et précieuses, caractérisent ces mélopées au sens où chaque Muezzin, dès son plus jeune âge, ne boit que de cette eau-là afin que sa gorge soit à même de moduler les accents antiques des Lamentations déclinées par les Licornes des Origines.

Le Muezzin est également celui qui commande aux dunes - ou aux Larmes, selon le sens qu'on veut bien leur prêter. Dans la réalité, cela permet surtout de comprendre pourquoi on ne parle pas d'un royaume mais de Provinces. Personne n'a jamais pu les dénombrer, et pour cause : elles se déplacent avec les tribus de telle sorte que le désert se recompose chaque année en fonction d'impératifs religieux, économiques et sociaux.

Le dauphin, à raison, me demanda comment le désert pouvait être possédé et je lui fis la même réponse qu'à son père : le sable licornéen a une valeur et un passé. Il voyage avec ceux qui l'honorent.

Il m'a été donné de contempler ces dunes glissant paresseusement dans le désert ou d'être pris dans une tempête de sable qui n'était rien d'autre qu'une Province en mouvement, un patrimoine que la tribu emportait avec elle avant de se fixer dans un endroit précis du désert pour le reste de l'année.

" Alors, que font-ils ? " demanda le dauphin. Eh bien, ils travaillent le tissu, les bijoux, le verre et, pour une seule tribu, le cristal. D'autres élèvent des chevaux qui, sans être des Licornes, comptent parmi les plus rapides et les plus élégants de ce M'Onde. On prétend même que des Muezzin se chargent de veiller et de déplacer des dunes d'or adjointes à la Province, faisant ainsi office de trésoriers pour les grandes fortunes des pays voisins.

Je tus le commerce des Larmes. Les Licornéens ne sont guère bavards sur cette pratique que leur religion condamne mais qui, malheureusement, semble faire de plus en plus d'adeptes. On prête à ces Larmes, qu'elles deviennent liqueurs ou bijoux, de mystérieux pouvoirs. Certains prétendent qu'elles assèchent les cœurs, d'autres qu'elles confèrent à leur propriétaire la force des Licornes des Origines.

Au crépuscule, après avoir brossé un portrait des principales tribus, j'évoquai la nature même de ce pays, sa vocation à l'échelle du M'Onde et de la Charogne. Le régent me reproche bien souvent d'empiéter sur le rôle dévolu aux prêtres qui évoluent dans l'entourage de son fils. C'est à eux, en principe, que revient la tâche d'enseigner à l'enfant ce qu'il est bon de savoir et d'ignorer de la Charogne.

Je n'ai jamais pris au sérieux les avertissements du régent, pas même ceux des prêtres qui tentent à leur tour de faire pression sur moi. Le dauphin, à l'image de la plupart des garçons de son âge, est fasciné par la Charogne. Il en craint, comme tout un chacun, les manifestations mais il ne manque jamais de m'interroger sur l'ambition des Charognards.

A cet égard, les Licornéens font preuve d'une attitude pour le moins étrange qui les rapproche, une fois encore, des Draguéens. La plupart traitent la Charogne en ennemie mais avec une retenue sincère, comme si le Charognard méritait d'être écouté ou, pire, comme s'il méritait d'être raisonné. Des Licornéens qui résident en Chimérie, je tiens des récits étranges sur des Muezzins capables de commander aux Sombres Sentes tout comme ils commandent aux dunes.

Faut-il pour cela en conclure que ces prêtres se sont alliés à la Charogne ? Je ne crois pas que les choses soient si simples. Je dirais même qu'elles prouvent le contraire de ce qu'elles montrent. Il s'agit là d'une conviction personnelle, mais je crois que les Licornéens sont parvenus à comprendre les Charognards, à établir un dialogue que les Larmes, d'une manière ou d'une autre, ont rendu possible. J'ignore le but qu'ils se sont fixés mais il s'agit peut-être d'une voie nouvelle, de cette voie mystérieuse évoquée dans le dernier verset des Basses Sourates d'Ekahin :

" Les larmes ne disent pas toujours la vérité mais elles ne mentent jamais. Alors tes larmes te rapprochent des morts et disent leur vérité ".

 
mino.png

La Gazette du satyre Alraune

Le Souffre-Jour n°7 est sorti !

Il était temps ! (haha !)

Le Souffre-Jour n°7 : Le Temps est désormais disponible sur notre site et dans vos boutiques ! Des conséquence de la Sentence de Janus qui créa le jour et la nuit aux secrets des barrages éoliens des pixies, explorez le temps de l'Harmonde avec la nouvelle équipe du Souffre-Jour !     Lire la suite