Extraits des Archives de l'ordre des Pélerins
Index de l'article
Extraits des Archives de l'ordre des Pélerins
2ème entretien
3ème entretien
 
 
 
 
 Extrait des Archives de l'ordre des Pélerins,

Archives de l'Ordre des Pèlerins, extrait cent-troisième, " prospection pour le royaume de Basilice, interrogatoire du navigateur Domenicci ".

Par le pèlerin Losh, exodin du second rang.
 
Les Chroniques des Féals - Le Roi des Cendres


Ma première rencontre avec Dominicci eut lieu dans la cellule d'une Nef hospitalière. Ce navire, conçu uniquement pour la navigation fluviale, abritait une trentaine de pensionnaires, des déments et des meurtriers confiés en dernier recours aux missionnaires caladriens.

Dominicci était un homme massif, un véritable géant dont les mains avaient brisé, par une nuit sanglante, les nuques des trente-deux membres de son équipage au retour d'une expédition ambitieuse au cœur du royaume de Basilice.

Je découvris un homme squelettique, juché sur une sorte de tabouret de bronze. Au sol, le bois sombre de sa cellule portait d'innombrables entailles comme s'il s'était employé à le défigurer. Les bras croisés autour de ses jambes, il ne cessa de promener son regard autour de la pièce en dépit de mon apparition. Jamais au cours de nos entretiens il ne posa les yeux sur moi et je doute qu'il sache jamais à qui il confia ainsi l'étrange récit de son expédition. Pour autant, si ses yeux avaient cessé d'appartenir à ce monde, sa voix, elle, était claire et me permit de rapporter dans ce rapport, la moindre de ses paroles.

Extrait - premier entretien

(…)
Losh : - Des forêts ?
Dominicci : - D'immenses forêts. Impénétrables et si sombres que vous perdez la notion du temps.
- Sombres à quel point ?
- Comme la nuit. Une voûte émeraude, très froide, qui vous r'couvre comme un manteau. Impossible d'escalader les arbres pour aller trouver le soleil. Ces arbres-là sont trop grands. 'Toute façon, y vous laisseront pas monter. Faudrait parler leur langue pour avoir l'droit.
- Leur langue ?
- Il y a ces chuchotements En permanence, même quand vous dormez. Ce sont leurs voix, celles des druides noirs et des arbres.
- Que se disent-ils ?
- P'têt' qu'y se racontent des vieilles histoires…
- Alors vous les compreniez ?
- Oui.
- Parlez-moi de ces vieilles histoires
- Les Féals. Elles parlent des Féals. Des Origines et de toutes ces créatures qui sont mortes et qu'ont nourri la terre.
- Vous parlez de la Charogne, Dominicci.
- Non, c'est différent. Y'a eu une très grande bataille. Des Basilices sont mortes par milliers et elles ont pas nourri la Charogne, elles ont nourri la terre. Alors les arbres ont poussé. Des arbres différents, énormes, qu'ont grandi avec la mort et qu'ont fixé les frontières du pays.
- Autrement dit, les arbres possèdent en eux le… souvenir des Féals, c'est bien cela ?
- J'sais pas. P'têt' que les Féals sont pétrifiés à l'intérieur ou pt'êt' que c'est leur sang qui coule comme de la sève à l'intérieur. J'sais juste que les druides noirs parlent aux arbres et qu'ces arbres, y sont nés sur les cadavres des Féals.
- Dominicci, si vous voulez que l'Ordre intervienne en votre faveur, il faut m'en dire plus.
- La Nécrosie, c'est l'nom qu'y donnent à cette langue. Une langue des morts. La nature est en dette avec les druides noirs, elle s'est nourrie des cadavres des Basilices. Alors les druides noirs, y peuvent exiger que la nature leur parle, qu'elle se plie à leur volonté.
- Donc, ils commandent bel et bien la nature.
- Celle-là, oui. Faut vous faire à l'idée, c'est pas des forêts comme les autres… A c'qu'on dit, y paraît même que les druides noirs jouent avec les racines pour qu'les chants funèbres résonnent dans les bois.
- Avec les racines ?
- S'en servent comme des cordes d'un violon.
- …
- Vous m'croyez pas, hein ?
- Je suis là pour vous écouter, pas pour interpréter.
- Vous feriez bien pourtant. Cette musique, elle vous déchire l'âme.
(…)

Conclusions du premier entretien :

Dominicci confirme l'explication la plus courante sur la naissance du royaume. De toute évidence, cette bataille des Origines se solda par de nombreux cadavres de Basilices qui fertilisèrent la terre et donnèrent naissance aux forêts que nous connaissons aujourd'hui. L'opacité et la nature lugubre de ces forêts relèveraient donc d'un lien magique avec les cadavres des Féals. Plus inquiétant, les précisions de Dominicci sur la Nécrosie (voir pour cela l'excellente synthèse d'Estolle, exodin du premier rang) semblent indiquer que nous ne pourrons pas nous implanter dans ce royaume sans qu'un Pèlerin ne soit en mesure de la parler ou que nous disposions d'un interprète. Cela revient à dire qu'il nous faut gagner la confiance d'un druide noir, chose à laquelle personne n'est officiellement parvenue à ce jour. Pour finir, je vous invite à prolonger l'enquête sur cette musique des morts que les druides noirs composent à l'aide des racines. Il me paraît clair qu'elle participe de la mélancolie qui saisit de nombreux explorateurs ayant accompli un voyage en Basilice, mais il me paraît encore plus inquiétant de savoir qu'elle peut être à l'origine des accointances connues entre certains druides noirs et la Charogne. D'Estolle précisait à raison que la musique pouvait tout aussi bien commander aux sentiers de ces forêts qui, rappelons-le, évoluent sans cesse. Tels des charmeurs de serpent, les druides noirs seraient donc capables de dresser ses sentiers afin qu'ils ne s'ouvrent qu'à eux.
 


 
farfhumaine.png

La Gazette du satyre Alraune

Le Souffre-Jour n°7 est sorti !

Il était temps ! (haha !)

Le Souffre-Jour n°7 : Le Temps est désormais disponible sur notre site et dans vos boutiques ! Des conséquence de la Sentence de Janus qui créa le jour et la nuit aux secrets des barrages éoliens des pixies, explorez le temps de l'Harmonde avec la nouvelle équipe du Souffre-Jour !     Lire la suite